This content is not available in your region

Un Britannique condamné à 15 ans de prison en Irak pour vol d'antiquités

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Volker Waldmann, à droite, et Jim Fitton, à gauche, se dirigent vers une salle d'audience à Bagdad, en Irak, dimanche 22 mai 2022.
Volker Waldmann, à droite, et Jim Fitton, à gauche, se dirigent vers une salle d'audience à Bagdad, en Irak, dimanche 22 mai 2022.   -   Tous droits réservés  Hadi Mizban/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Un Britannique de 66 ans reconnu coupable d'avoir tenté de sortir des antiquités d'Irak a été condamné lundi à 15 ans de prison par un tribunal de Bagdad, tandis que son co-accusé, un Allemand de 60 ans, a été acquitté.

James Fitton, géologue britannique à la retraite, et Volker Waldmann, psychologue berlinois, étaient venus en Irak en voyage organisé au mois de mars. Ils ont été arrêtés le 20 mars à l'aéroport de Bagdad avec dans leurs bagages des morceaux de pierre, des fragments de poteries brisées et de céramiques antiques.

Ils comparaissaient en vertu d'une loi de 2002 régulant le patrimoine et les antiquités.

L'Irak, l'ancienne Mésopotamie qui a notamment abrité l'empire d'Akkad et la ville antique de Babylone, craint pour son patrimoine archéologique, dont les vestiges font l'objet de juteux trafics, et réprime très sévèrement toute tentative de l'altérer ou de s'approprier indûment toute pièce antique.

La peine prévue pour le crime commis par James Fitton "est la mort par pendaison", mais le tribunal a décidé de "réduire la peine à 15 ans de prison en raison de l'âge avancé de l'accusé", a indiqué le juge dans le verdict.

L'avocat de M. Fitton a déclaré qu'il ferait appel de cette décision.

En revanche, le tribunal n'a pas trouvé de "preuves suffisantes" pour condamner Volker Waldmann qui a été acquitté et autorisé à rentrer chez lui. Il était en possession de deux morceaux de pierre qui lui ont été remis, selon lui, par son compagnon de voyage.

Les deux hommes ont comparu non menottés devant la cour pénale d'Al-Karkh à Bagdad mais vêtus de la combinaison jaune des prisonniers en Irak, selon une journaliste de l'AFP présente à l'audience.

Lorsque le juge leur a demandé s'ils se considéraient "coupable ou non coupable de trafic d'antiquités", ils ont chacun leur tour répondu : "non coupable".