PUBLICITÉ

Sur Twitter, la chasse aux climatosceptiques est devenue plus difficile

Sophia Khatsenkova, euronews
Sophia Khatsenkova, euronews Tous droits réservés Lyon
Tous droits réservés Lyon
Par Sophia Khatsenkova (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sophia Khatsenkova d'euronews a conversé avec deux activistes du climat qui pourchassent les fausses informations sur Twitter.

PUBLICITÉ

Quel est le point commun entre un climatologue basé en Allemagne et un greffier travaillant au Canada ?

Tous deux partagent une passion pour la chasse aux climatosceptiques sur Twitter.

Peter et Tom font partie d'un groupe d'activistes en ligne baptisé Team Ninja Trollhunters (TNT), créé en 2019.

Leur mission est de lutter contre les trolls du changement climatique sur le célèbre réseau social.

ITNT compte environ 25 membres actifs à travers le monde qui opèrent de manière anonyme.

Ils nous ont demandé de ne pas révéler leur identité en raison des abus et des innombrables menaces qu'ils ont reçus.

Le déni du changement climatique n'est pas interdit sur Twitter, mais d'autres types de contenus tels que les menaces, le harcèlement ou les discours de haine le sont.

Et c'est à cela que s'attaque TNT pour faire suspendre les climatosceptiques.

Peter, activiste sur le web : "La désinformation n'a pas autant d'importance sur Twitter. Mais si vous êtes, vous savez, raciste, haineux, misogyne. Etc. Ces comportements doivent être signalés. C'est pourquoi nous nous concentrons sur ces choses. Je n'essaie pas de convaincre un troll. Non, je n'essaie pas de lui faire changer d'avis. Je regarde toutes les autres personnes qui lisent cela et qui se disent "Oh, c'est intéressant", parce que, vous savez, dans 99 % des cas, les trolls n'ont pas de faits. Ils ont des doutes, de la désinformation, de la division, de la confusion. Il suffit donc d'exposer les faits réels et de dire qu'ils sont là. Maintenant, tout le monde se dit : "Oh, d'accord. Au lieu de lire un journal à sensation sur les marches de la bibliothèque, vous pouvez aller à la bibliothèque, dans cette section, et voici les informations sur le sujet. Et c'est ce que je fais comme un bibliothécaire. Voici ce que vous pouvez faire. Voici l'information. Allez-y jeter un coup d'œil. Et la plupart des gens le feront".

Ils affirment qu'à la suite de leurs actions, environ 600 comptes Twitter promouvant le déni du changement climatique ont été suspendus.

Mais depuis qu'Elon Musk a pris le contrôle de Twitter et rétabli de nombreux comptes précédemment interdits, les choses ont bien changé pour ces justiciers anonymes de l'internet

Tom, activiste sur le web : "Certains des autres fondateurs du groupe ne sont plus actifs sur Twitter. C'était après que Musk a pris le contrôle de Twitter. Ils n'étaient pas très contents que tous les comptes dont nous avions réussi à nous débarrasser parce qu'ils diffusaient de fausses informations soient réactivés. Nous avons travaillé pendant quatre ans pour supprimer ces 600 comptes clés qui causaient des dommages."

Tom et Peter qualifient de "déprimantes" les nouvelles politiques de Twitter en matière de modération de contenu, mais ils insistent sur le fait que leur combat en ligne pour faire connaître la vérité sur le changement climatique se poursuivra.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : les théoriciens du complot sont passés du COVID au climat

Inondations, fonte des neiges, chaleur record... Une année 2023 très contrastée en Europe

Le changement climatique aura des répercussions majeures sur nos revenus