L’Otan et l’UE avertissent l’Iran

Jens Stoltenberg et Josep Borrell
Jens Stoltenberg et Josep Borrell Tous droits réservés ASSOCIATED PRESS
Tous droits réservés ASSOCIATED PRESS
Par Stefan Grobe
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Alliés et l’Union européenne veulent éviter des représailles de l’Iran après la mort d’un responsable militaire iranien.

PUBLICITÉ

L'Otan est préoccupée par l'évolution de la situation au Moyen-Orient après la mort du général iranien, Qassem Soleimani, tué à Bagdad lors d'un raid américain. Dans un effort pour afficher l'unité des Alliés, le secrétaire général de l'Alliance a voulu dissuader Téhéran de prendre des mesures de rétorsion. "L'Iran doit s'abstenir de toute violence et de toute provocation", prévient Jens Stoltenberg.

Le ton est identique auprès de la Commission européenne. La présidente de l'institution, Ursula von der Leyen, estime que des tensions supplémentaires ne servent aucunement les intérêts de l'Iran. Dans un geste pour sauver l'accord sur le programme nucléaire de Téhéran, le chef de la diplomatie de l'UE a invité son homologue iranien à Bruxelles. Dans un tweet Josep Borrell estime que la mise en œuvre complète de ce compromis international est plus importante que jamais pour la stabilité régionale.

Cette crise et l'avenir de l'accord sur le nucléaire iranien seront au centre de la rencontre extraordinaire ce vendredi des ministres des Affaires étrangères de l'Union. La diplomatie européenne veut activer tous ses réseaux pour essayer d'éviter toute escalade entre l'Iran et les Etats-Unis.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’appel au calme de l’UE au Moyen-Orient

Après la mort de son général l'Iran appelle à la vengeance, Trump calme le jeu

La Juventus de Turin limoge son entraineur Massimiliano Allegri