Coronavirus en Belgique : l’hôpital d’Anvers s’équipe d’un robot

Coronavirus en Belgique : l’hôpital d’Anvers s’équipe d’un robot
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Robot Cruzr débarque à l’hôpital d’Anvers en Belgique pour vérifier la température et le bon port du masque.

PUBLICITÉ

Le Robot Cruzr permet de prendre la température des nouveaux arrivants et de vérifier le bon port du masque.

"La sécurité est notre première priorité, mais d'un autre côté, nous ne voulons pas que les patients attendent trop longtemps. Nous voulons éviter de longues files. Nous devons contrôler, vérifier plus qu'avant et le robot peut nous aider à faire ces contrôles", explique Michaël Vanmechelen, le directeur de l'hôpital UZA.

Le robot "Cruzr Health" permettra de remplacer à terme la personne qui surveille les caméras thermiques actuellement installées à l'entrée de l'hôpital. Sa location s’élève à 1000 euros par mois, soit une économie d’argent et de main d’œuvre. 

Le robot parle 34 langues et ses concepteurs insistent sur le fait qu'il est totalement fiable pour les tâches qui lui ont été confiées.

_"Bien sûr, si vous me demandez s'il est fiable pour détecter le COVID-19, non pas encore. Mais c'est un robot qui est pourra aussi servir face à d’autres futures maladies qui seront liées à de la fièvre ou d'autres symptômes", précise _Fabrice Goffin, PDG de Zorabots.

Le robot fonctionne actuellement dans cet hôpital anversois, mais d’autres prototypes comme celui-ci pourraient être utilisés partout dans le monde afin de soutenir la lutte contre le coronavirus.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Portugal : un robot autonome pour désinfecter les hôpitaux

Les étudiants à Bruges peuvent préparer leurs examens dans un monument historique de la ville

Face aux États-Unis et à la Chine, les dirigeants de l'UE appellent à un vaste accord sur la compétitivité