This content is not available in your region

Économie circulaire : comment offrir une nouvelle chance aux personnes et aux objets

Par Aurora Velez
euronews_icons_loading
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews

Offrir une nouvelle chance aux personnes et aux objets, c'est la philosophie d'Insieme. Cette coopérative sociale italienne implantée à Vicenza en Italie et créée il y a 43 ans a fait partie, pendant trois ans, des membres du projet SURFACE soutenu par la politique européenne de cohésion. L'initiative vise à encourager le réemploi d'objets et donc, l'économie circulaire en Europe.

Le responsable des programmes d'intégration d'Insieme Cristiano Pavan nous explique les origines de la coopérative et sa participation au projet SURFACE.

Lier réinsertion et environnement

"Dès le départ, le premier objectif, c'était de créer des emplois pour les personnes qui n'avaient pas de travail et étaient à la rue," précise-t-il. "Le deuxième, c'était de faire en sorte que leur activité soit le plus possible liée à l'environnement : ce qui était très utile car il n'y avait rien de ce genre à Vicenza," souligne-t-il. "Il était donc important de lier l'aspect de l'accueil à la possibilité d'offrir une nouvelle chance aux personnes et aux objets."

euronews
Sylvester, Nigérien, a trouvé à Insieme, son premier emploi en Italieeuronews

"Notre participation au projet SURFACE a pris différentes formes," poursuit Cristiano Pavan. "Il y a eu la construction d'un café au sein d'Insieme, des événements participatifs avec la municipalité de Vicenza, l'association Legambiente et d'autres organisations concernées par l'environnement, mais aussi des réunions publiques," énumère-t-il.

Pour tous les publics

"Toute la ville de Vicenza connaît la coopérative Insieme : aujourd'hui, c'est devenu naturel de la fréquenter," assure le responsable des programmes d'intégration d'Insieme

"On y trouve l'architecte à la recherche de meubles design, l'homme ou la femme qui a de l'argent et qui est en quête d'une opportunité intéressante, mais aussi le migrant qui a besoin d'un costume d'occasion," fait-il remarquer.

Journaliste • Aurora Velez