Accord à 27 de l’UE sur un plan d’aide à l’Ukraine de 50 milliards d’euros

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, n'a pas usé de son veto pour empêcher la validation du plan d'aide de 50 milliards d'euros pour l'Ukraine
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, n'a pas usé de son veto pour empêcher la validation du plan d'aide de 50 milliards d'euros pour l'Ukraine Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les chefs d’Etat et de gouvernement, réunis jeudi à Bruxelles, valident l’enveloppe de 50 milliards d’euros sur quatre ans pour l’Ukraine. Les 27 ont surmonté l’opposition du Premier ministre hongrois.

PUBLICITÉ

La négociation fut courte. Peu de temps après l’ouverture jeudi à Bruxelles du sommet européen, les chefs d’Etat et de gouvernement ont trouvé un accord sur une aide de 50 milliards d’euros à l’Ukraine.

"Nous avons un accord", a annoncé sur X, anciennement Twitter, le président du Conseil européen, Charles Michel. "Cet accord garantit un financement stable, prévisible et à long terme pour l'Ukraine."

Les dirigeants ont donc réussi à surmonter le veto de la Hongrie. Depuis plusieurs mois, le Premier ministre, Viktor Orban, refusait d’approuver cette aide financière à travers le budget de l’UE.

"C’est une bonne journée pour l’Europe", se félicite sur X la présidente de la Commission européenne. Ursula von der Leyen estime que "le Conseil européen a concrétisé nos priorités".

Plusieurs options étaient sur la table pour contourner l’opposition de Budapest. L’UE semblait prête à avancer à 26, mais les responsables européens ont répété qu’ils privilégiaient une solution à 27.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE approuvera une aide de 50 milliards d'euros pour l'Ukraine, avec ou sans la Hongrie, estime Ursula von der Leyen

Les demandes des agriculteurs nécessitent des solutions rationnelles pour "surmonter les préjugés" à l'égard de l'Ukraine, selon Kyiv

Elections européennes : les Socialistes européens souhaitent renouer avec "l'Europe sociale"