This content is not available in your region

La pandémie ne signifie pas "la mort des villes" selon l'urbaniste Hala El Akl

Par Damon Embling
euronews_icons_loading
Hala El Akl
Hala El Akl   -   Tous droits réservés  euronews

La pandémie de Covid-19 a bouleversé nos vies personnelles et professionnelles en nous incitant à reconsidérer notre santé à bien des égards. Selon l'urbaniste et architecte installée à Londres, Hala El Akl, elle a mis en évidence le lien entre nos espaces de vie et de travail et notre état de santé et de forme. La directrice de PLP Architecture qui est aussi membre fondatrice du hub de recherche tourné vers l'innovation et les nouvelles idées, PLP Labs en a fait un sujet de préoccupation majeur dans son métier.

"Le lien entre environnement et santé"

"Je crois que nous avons besoin d'un peu de distance et d'espace pour analyser ce qui s'est passé cette année, ce qui nous a effectivement touchés," indique Hala El Akl qui est originaire du Liban.

"Je ne pense pas que l'on assistera à la mort des villes, des bureaux ou des grandes rues commerçantes parce qu'il y a des choses qui nous manquent quand nous nous retrouvons isolés," estime-t-elle.

"Mais selon moi, le plus important, c'est ce lien qui s'est imposé dans la tête des gens : celui entre leur environnement et leur santé," déclare l'architecte avant d'ajouter : "Ce que nous faisons à PLP Labs, c'est que nous développons des outils pour aider à améliorer cette compréhension des choses et aider les communautés à agir."

"Les technologies me permettent d'utiliser mon cerveau de manière plus stratégique"

Les nouvelles technologies comme l'intelligence artificielle jouent un rôle croissant dans la conception des villes, habitations et bureaux de demain. Les appareils portables sont aussi testés pour mesurer la santé et le bien-être sur les lieux de travail.

"Nous avons mené des projets pilotes et mesurer l'impact du fait par exemple que vous travailliez seul, que vous ayez plus ou moins de lumière ou que vous soyez entourés d'espaces verts," précise Hala El Akl.

"Je crois que la technologie et les appareils portables nous permettent de mesurer précisément cette corrélation et de ne pas nous contenter de dire qu'il faut un mur vert ici parce que c'est mieux," souligne-t-elle.

euronews
Hala El Akl en interview dans Disruptedeuronews

Alors que certains craignent que les robots ne remplacent les hommes, l'urbaniste a au contraire, l'esprit ouvert concernant les nouvelles technologies. "Pour moi, c'est quelque chose d'agréable parce que ces technologies me libèrent du systématique, du répétitif et me permettent d'utiliser mon cerveau de manière plus stratégique," assure-t-elle.

Innovation et durabilité

La durabilité est un thème constant dans les projets innovants de Hala El Akl qui décrit les défis environnementaux comme une question "d'auto-préservation".

"Quand on regarde notre travail [à PLP Architecture] au cours des dix dernières années, il y a deux choses," explique-t-elle. "La première, c'est à la fois, l'innovation et le bouleversement : par exemple, dans le domaine résidentiel, nous avons travaillé sur le premier immeuble en habitat partagé au Royaume-Uni," poursuit-elle. "Autres exemples de notre travail : la plus grande toiture en bois d'Europe ou un bâtiment que nous avons conçu aux Pays-Bas appelé "The Edge" qui a été considéré comme le plus "smart" [intelligent] et le plus vert du monde," dit-elle.

"La deuxième chose qui nous caractérise, c'est notre manière d'intégrer la durabilité dans notre travail," déclare-t-elle avant de conclure : "Au cours des dix dernières années, nos projets clés ont très bien réuni ces deux aspects."

Journaliste • Damon Embling