Kazakhstan : une transition énergétique ambitieuse

Par Galina Polonskaya  & Euronews
Kazakhstan : une transition énergétique ambitieuse
Tous droits réservés  euronews

Le Kazakhstan s'est fixé un objectif ambitieux : atteindre la neutralité carbone d'ici 2060. Ces dernières années, il a porté à 4 % la part des énergies renouvelables dans la production totale d'électricité. C'est sur le soleil et le vent que ce vaste pays compte pour mener sa transition énergétique verte.

“Astana Expo 2017” est l'un des plus grands parcs éoliens du pays. 29 éoliennes d'une capacité totale de 100 mégawatts produisent de l'énergie verte à 40 km de la capitale du Kazakhstan.

"Des études confirment qu'au Kazakhstan, le potentiel d'énergie éolienne est d'environ 1 trillion de kilowattheures par an, explique Bagdat Oral, directeur de CAEPCO JSC. Autrement dit, le potentiel existe et il doit être développé selon une approche équilibrée. Si nous parlons spécifiquement de notre parc éolien d'Astana, la production annuelle est d'environ 300 millions de kilowattheures. Cela correspond à la consommation d'environ 80 000 appartements résidentiels."

Les éoliennes, importées d'Europe, sont équipées d'un système de détection de glace et fonctionnent en toute sécurité dans les étés chauds comme dans les hivers froids du Kazakhstan.

Euronews
Parc éolien au KazakhstanEuronews

L'énergie verte qui est produite ici permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 270 000 tonnes par an.

L'électricité verte est distribuée sur le réseau national. L'État garantit désormais son rachat aux entreprises pendant 20 ans et indexe les tarifs. Depuis 2018, le Kazakhstan dispose d'un système d'enchères électroniques pour attirer les investissements dans le secteur des énergies renouvelables.

"Plus de 200 entreprises venant de neuf pays différents ont participé à ces enchères électroniques, dit Nurlan Kapenov, président de Qazaq Green Association. Plus de 60 contrats ont été signés, cela signifie que le Kazakhstan attire réellement les investisseurs internationaux dans le domaine des énergies vertes."

La société internationale d'énergie Eni est présente au Kazakhstan depuis 1992. Il y a 4 ans, Eni Plenitude, par l'intermédiaire d'Arm Wind, a commencé à investir ici dans les énergies renouvelables. Badamsha 1 dans la région d'Aktobe a été le premier parc éolien construit par la société dans le monde. Cette année, la construction d’un deuxième parc éolien a été achevée.

"En tant qu'entreprise, nous apportons des investissements, des technologies et des capacités industrielles pour réaliser ces grands projets qui sont en phase avec les objectifs de décarbonisation et de transition énergétique du pays", explique Alex Stillavato, directeur général d'Arm Wind, Eni Plenitude.

Une immense centrale photovoltaïque

L'un des plus grands projets d'investissement et l’un des pionniers de la transition énergétique verte du Kazakhstan est la centrale photovoltaïque SES Saran, située dans la région de Karaganda et construite par la société allemande Goldbeck Solar. Lancée en 2019, elle produit plus de 125 millions de kilowattheures par an.

"Le caractère unique de ce projet réside dans le fait qu'il s'agit de la toute première grande centrale photovoltaïque au Kazakhstan et dans toute la région d'Asie centrale, dit Evgeniy Grebennikov, directeur général de SES Saran LLP. C’est le premier message positif adressé aux investisseurs étrangers pour les inciter à investir dans l'énergie solaire au Kazakhstan".

Euronews
Evgeniy Grebennikov (à gauche) et Galina Polonskaya, Euronews (à doite)Euronews

Ces panneaux solaires appartiennent à la dernière génération et ne comportent pas de cadre métallique. Cela permet à la neige - et il y en a beaucoup au Kazakhstan - ainsi qu'à la pluie de ne pas s'accumuler à la surface mais de glisser vers le sol en toute sécurité.

Aujourd'hui, au Kazakhstan, on compte environ 130 installations d'énergie renouvelable, et le potentiel du pays est énorme.

"Nous parions sur le vent, sur le soleil, sur les centrales hydroélectriques, il y a un très gros potentiel, affirme Bolat Akchulakov, ministre kazakhstanais de l'Energie. Nous suivons de près l'évolution technologique ; nos scientifiques réfléchissent également à la manière de faire des sources d'énergie renouvelables un substitut à part entière des centrales à combustibles fossiles. C'est aujourd'hui le plus grand défi pour le Kazakhstan, mais aussi pour le monde entier ".

Une "éco-mosquée" à Astana

Une mosquée située à Astana tire tout son éclairage et son chauffage de ses propres panneaux solaires. Ces projets durables à petite échelle donnent une orientation énergétique verte à la vie moderne du Kazakhstan et sont importants pour les habitants.

"On l'appelle éco-mosquée parce qu'elle se fournit elle-même en énergie, dit l'imam Rashid Alpisbayev. Le plus important, c’est qu'il n'y a aucun dommage ni pour l'environnement ni pour la population. Seulement des bénéfices."

Le prochain objectif du Kazakhstan est d'atteindre 15 % d'énergies renouvelables dans la production totale d'électricité d'ici 2030.