Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"La démission du pape est surprenante", Angela Ambrogetti, spécialiste du Vatican

"La démission du pape est surprenante", Angela Ambrogetti, spécialiste du Vatican
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Angela Ambrogetti est une experte du Vatican. Elle a écrit de nombreux articles sur le Saint-Siège et les différents papes. Elle réagit après la démission de Benoit XVI.

Angela Ambrogetti : Cette nouvelle a bien évidemment surpris tout le monde, même s’il y avait des signes ces derniers mois qui indiquaient que le pape préparait la fin de son mandat, étant donné son âge et sa santé fragile. Mais on ne pensait pas qu’il annoncerait son départ tout de suite. En fait, Benoit XVI a montré qu’il était bien plus moderne qu’on le pensait. Il nous a tous surpris à travers cette démission.

Manuela Scarpellini, Euronews : Mais est-ce sa démission qui est surprenante, ou le moment choisi pour l’annoncer?

Angela Ambrogetti : Certainement sa démission. Le seul souverain pontife dans l’histoire à avoir démissionné volontairement est Célestin V il y a environ huit siècles. Il est évident que cette décision est surprenante. Le moment choisi pas tellement dans la mesure où Benoît XVI a 86 ans; c’est un homme âgé, qui sent qu’il n’est plus capable d’exercer pleinement son rôle, d‘être un guide pour l’Eglise universelle. Il a donc décidé de démissionner en accord avec le droit canonique.

Manuela Scarpellini, Euronews : Le pape a évoqué des problèmes physiques, mais également spirituels. Tout le monde veut savoir si ce sont les vraies raisons de sa démission, ou s’il y a d’autres causes plus profondes?

Angela Ambrogetti : Il avait dit : “Je ne quitterais jamais l‘Église dans un moment difficile. Mais si je ne me sens plus capable d‘être un guide pour l‘Église, je démissionnerai”. Sa position était donc claire dés le départ. Aujourd’hui, il ne se sent plus capable de poursuivre sa mission pour des raisons de santé. Ces dernières années, on l’a vu se déplacer à l’aide d’un déambulateur dans la basilique Saint-Pierre et ailleurs. Il est clair, pour des raisons spirituelles et physiques, que l‘âge a posé des problèmes à l’esprit éclairé qu’est celui du pape.

Manuela Scarpellini, Euronews : Quel fut l’impact des scandales de l‘Église sur sa décision? Je pense aux scandales de pédophilie, ou à la fuite de documents confidentiels?

Angela Ambrogetti : Aucun. Au contraire, je pense que le pape voulait résoudre ces scandales. Concernant les cas d’abus sexuels par exemple, il y a des Conférences épiscopales dans le monde entier actuellement qui explorent des pistes pour résoudre ce problème. Pareil pour “Vatileaks”. Certaines personnes pensaient que le pape voulait démissionner il y a bien longtemps, mais il ne voulait pas partir tant que cette “Affaire” n‘était pas réglée.

Manuela Scarpellini, Euronews : Qui pourrait être, selon vous, le successeur de Benoît XVI, et pourquoi?

Angela Ambrogetti : Probablement un autre Européen. Mais tout est nouveau, même pour nous qui sommes habitués à suivre les affaires du Vatican depuis 25 ans. Tout est inattendu, soudain et original. Il faut rester prudent par rapport aux faits et voir ce qu’il va se passer entre aujourd’hui et le 28 février, puis début mars.