PUBLICITÉ

Pakistan : une rentrée scolaire pas comme les autres

Pakistan : une rentrée scolaire pas comme les autres
Tous droits réservés 
Par Didier Burnod
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Des centaines d'élèves pakistanais ont repris le chemin de l'école à travers le pays moins d'un mois après l'attaque meurtrière des talibans contre une école publique militaire de Peshawar qui

PUBLICITÉ

Un bus qui emmène des enfants à l‘école. Une scène a priori ordinaire, sauf que nous nous trouvons au Pakistan, et que ces enfants, ces adolescents, retournent aujourd’hui à l‘école pour la première fois depuis le massacre des talibans contre une école de Peshawar, en décembre dernier. Attaque suite à laquelle la plupart des établissements scolaires du pays avaient été fermés.

“Je suis en deuxième année à l‘école publique militaire. Ma mère a été tuée dans l’attaque, mais je n’ai pas peur d’y retourner, je vais terminer mes études”, affirme Syed Abid Hussain sur le chemin de l‘école.

“Nous n’avons pas peur d’eux [les talibans, ndlr], nous n’avons pas peur de leurs attaques et nous irons à l‘école pour y faire nos études, c’est un droit fondamental”, lance Mohammad Ali.

À l‘école publique militaire de Peshawar, celle-là même qui a été attaquée, les élèves ont été accueillis par le général Raheel Sharif, le chef de l’armée pakistanaise. Une rentrée sous très haute sécurité qui reste néanmoins une épreuve pour beaucoup d’enfants encore traumatisés.

Le 16 décembre dernier, les talibans pakistanais du TTP avaient abattu 150 personnes dont 134 enfants. Depuis, le gouvernement a rétabli la peine de mort en cas de terrorisme et donné son feu vert à la création de tribunaux militaires pour juger des civils impliqués dans des affaires de terrorisme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pakistan : Shehbaz Sharif nouveau Premier ministre malgré les contestations de l'opposition

Pakistan : Imran Khan condamné à 14 ans de prison

L'ancien Premier ministre du Pakistan Imran Khan condamné à dix ans de prison