Nucléaire iranien : encore des obstacles avant un accord

Nucléaire iranien : encore des obstacles avant un accord
Tous droits réservés 
Par Olivier Peguy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les diplomates, réunis à Lausanne en Suisse, tentent d'arracher un accord qui fixerait un cadre général pour le programme nucléaire iranien.

PUBLICITÉ

L’Iran et les grandes puissances parviendront-ils à un accord dans le dossier du nucléaire ? Les diplomates, réunis à Lausanne en Suisse, ont théoriquement jusqu‘à ce mardi minuit pour signer un texte.

A ce stade, plusieurs points sont toujours en suspens. Le blocage porte avant tout sur la levée des sanctions qui pèsent sur l’Iran depuis près de 10 ans. Téhéran exige que ces sanctions soient levées en bloc dès la signature d’un accord. Les Occidentaux, eux, veulent une levée graduelle, qui dépendrait du respect des engagements pris par l’Iran.

Autre point de blocage : la durée de l’accord. Les grandes puissances souhaitent un cadre strict de contrôle des activités nucléaires iraniennes sur au moins 15 ans, mais l’Iran ne veut pas s’engager au delà de dix ans, selon un diplomate occidental.

Les différentes parties se sont retrouvées ce lundi. Signe de l’importance du sujet : tous les ministres des Affaires étrangères impliqués étaient présents : l’Iranien Mohammad Javad Zarif, l’Américain John Kerry, le Russe Sergueï Lavrov, le Chinois Wang Yi, le Français Laurent Fabius, le Britannique Philip Hammond et l’Allemand Frank-Walter Steinmeier. Certains ont bouleversé leur agenda afin de permettre la signature d’un accord.

“C’est le sixième jour de ces négociations entre l’Iran et le groupe 5+1, explique Reihaneh Mazaheri, l’envoyée spéciale d’euronews à Lausanne. Elle ajoute que cette journée pourrait être “une des plus importantes depuis (le dernier cycle de discussions en) novembre dernier.”

L’idée est d’avoir, dans un premier temps, un texte qui fixe les règles générales du programme nucléaire iranien, puis, dans un deuxième temps, un document qui réglerait définitivement le contentieux d’ici à la fin du mois de juin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes, la campagne électorale s'ouvre officiellement en Italie

Géorgie : 20 000 personnes contre la "loi russe"

Législatives croates : les conservateurs pro-européens en tête