Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlin durcit ses règle d'accueil et renvoie les migrants économiques

Berlin durcit ses règle d'accueil et renvoie les migrants économiques
Taille du texte Aa Aa

Un drapeau allemand flotte derrière l’albanais sur l’aéroport de Tirana, la capitale de l’Albanie.

Des candidats à l’exil descendent de l’avion en provenance d’Allemagne où ils espéraient obtenir un statut de réfugié. Berlin durcit ses politiques d’accueil et renvoie chez eux les réfugiés économiques.

“Nous étions allés en Allemagne pour travailler, pas pour mendier ou recevoir des aides sociales” explique l’un d’entre eux. “Ce n’est pas juste, ils ne nous ont même pas informés si nous pouvions rester ou pas, ils nous juste venu nous chercher et nous ont mis dans un avion.”

L’Albanie compte un peu plus de 700 mille habitants et rien qu’au moins de mai dernier près de 8 000 Albanais ont demandé l’asile en Allemagne.

Le salaire moyen en Albanie s‘élève à 280 euros et le taux de chômage officiel atteint les 18 %.

Selon la Banque mondial, un quart de la population des pays de l’Europe du Sud-Est a déjà immigré.

Le ministre albanais de l’intérieur, Saimir Tahiri, estime que la crise économique a renforcé la tendance à l’exil de ses compatriotes.

“D’un côté, la crise grecque a convaincu beaucoup d’Albanais à partir vers l’Union européenne” dit-il. “Et en plus, cela a conforté l’idée que vous pouvez partir et trouver dans d’autres pays des solutions faciles, que vous pouvez y trouver des solutions économiques faciles.”
.
À l’aéroport de Tirana, la police des frontières vérifie systématiquement l’identité de migrants rapatriés des pays d’Europe de l’Ouest et remarque que les motivations pour immigrés ne sont pas toujours économiques.

“Nous observons que dans beaucoup de cas, les migrants rapatriés d’Europe avait commi des crimes ici en Albanie” explique le responsable de la police des migrations de l’aéroport Ermal Milori.

Selon les estimations de la Banque Mondiale, dans les six premiers mois de l’année, 80 mille personnes en provenance de l’Albanie et des six pays des Balkans ont demandé l’asile en Allemagne.