Venezuela : l'opposition donnée favorite aux législatives

Venezuela : l'opposition donnée favorite aux législatives
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C’est dans un Venezuela aux prises avec les pénuries, la récession et une inflation record que se tiendront ce dimanche les élections législatives

PUBLICITÉ

C’est dans un Venezuela aux prises avec les pénuries, la récession et une inflation record que se tiendront ce dimanche les élections législatives. Et pour la première fois depuis 16 ans, l’opposition pourrait faire échec aux socialistes du mouvement chaviste.

“ Je souhaite la continuité, dit une femme. Je veux que le gouvernement poursuive son action. Et la seule façon de permettre cette continuité, c’est d’aller voter. “

“ Nous ne les supportons plus, déplore au contraire un retraité. Le désespoir des gens a atteint son comble. Il y a de l’insécurité et nous manquons de produits de première nécessité. “

Les femmes de trois opposants emprisonnés ont par ailleurs appelé les autorités à laisser leurs maris voter. Parmi elles, l‘épouse de Leopoldo Lopez, le coordinateur du parti “Volonté populaire”.

“ Avec ce vote, il y aura un avant et un après au Venezuela, a-t-elle lancé devant la presse. Avec ce vote, la lumière revient, c’est l’aube d’une nouvelle ère, une nouvelle ère durant laquelle nous devrons travailler ensemble, unis et en paix. “

Six anciens présidents latino-américains ont aussi fait le déplacement au Venezuela pour appeler à des élections justes et transparentes alors que l’opposition redoute des fraudes. Le Président Nicolas Maduro, héritier d’Hugo Chavez, est régulièrement accusé de dérives autoritaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Au Bélarus, les "élections" de dimanche ont renforcé le régime autoritaire du président Loukachenko

Affaire Bygmalion : six mois ferme pour Nicolas Sarkozy en appel