EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Egypte : 5ème anniversaire de la chute de Moubarak

Egypte : 5ème anniversaire de la chute de Moubarak
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le 11 février 2011, au 18ème jour de manifestations monstres qui avaient fini par paralyser le pays, Hosni Moubarak démissionne, après avoir gouverné

PUBLICITÉ

Le 11 février 2011, au 18ème jour de manifestations monstres qui avaient fini par paralyser le pays, Hosni Moubarak démissionne, après avoir gouverné 30 ans.

L’armée prend alors les rênes du pouvoir, lequel est remis aux civils à l’issue d‘élections libres, puis, repris par l’ex chef de l’armée de Moubarak, Abdel Fattah al-Sissi.

Comment se portent les Egyptiens, 5 ans après la chute du raïs Moubarak ?

“Il y a 5 ans, explique un homme dans les rues du Caire, j’ai participé à la révolution pour demander la liberté, la justice sociale, une vie meilleure, la dignité, mais aujourd’hui, la situation n’a pas changé, c’est peut-être même pire.”

Alors que le terme “désillusion” est régulièrement invoqué pour caractériser ce 5ème anniversaire de la révolution égyptienne, que l’opposition est muselée, et toute voix subversive, inquiétée, le militant des droits de l’homme Jamal Eid regarde le verre à moitié plein.

“Ce qui est positif, c’est que les Egyptiens ont retrouvé un sentiment d’appartenance à leur pays, avance le fondateur du Réseau arabe des droits de l’Homme. Des millions d’entre eux se sont intéressés aux affaires publiques, quel que soit leur statut social”

“Pour cet anniversaire de la chute de Moubarak, une partie des Egyptiens et des acteurs politiques considèrent que la révolution n’est pas achevée, et qu‘à force de lois restrictives, on va éteindre les idées de la révolution, mais pour d’autres, se débarrasser de l’ancien régime et répondre aux besoins et aux aspirations du peuple demandera plus de temps, et de patience” commente le correspondant d’euronews au Caire Mohamed Shaikhibrahim.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au Portugal, 50 ans après la révolution, les Œillets se flétrissent-ils ?

Attentat de Madrid : vingt ans après, quelles conséquences dans la lutte antiterroriste ?

Un an après les séismes en Turquie, les promesses du président Erdogan se heurtent aux faits