Elections présidentielles au Pérou : le clan Fujimori attend sa revanche

Elections présidentielles au Pérou : le clan Fujimori attend sa revanche
Par Euronews avec Avec AFP et Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les vingt millions d‘électeurs péruviens votent dimanche pour désigner leur futur président. Un premier tour à l’issue duquel une femme devrait

PUBLICITÉ

Les vingt millions d‘électeurs péruviens votent dimanche pour désigner leur futur président.

Un premier tour à l’issue duquel une femme devrait sortir du lot : c’est Keiko Fujimori, (Fuerza Popular, droite) la fille de l’ex-président péruvien. A 40 ans, elle caracole en tête des sondages. Son principal handicap ? Son père, justement.

Alberto Fujimori, l’homme fort du Pérou entre 1990 et 2000 purge une peine de 25 ans de prison pour corruption et crime contre l’humanité.
Un lourd héritage qui laisse déjà présager un second tour de scrutin.

Et c’est une autre femme qui pourrait se retrouver face à Keiko Fujimori. Veronika Mendoza, une psychologue de 35 ans est portée par la gauche péruvienne. Elle a su se faire un nom durant la campagne.
Mais la partie n’est pas gagnée d’avance. Les sondages la donne au coude à coude avec Pedro Pablo Kuczynski.
A 77 ans, l’ancien Premier ministre de droite n’a donc pas dit son dernier mot. Sauf qu’au Pérou aussi, les sondages se trompent souvent. Au total, dix candidats sont en compétition pour accéder au palais présidentiel le 28 juillet prochain.

Le vainqueur n’aura de toute façon pas la tâche facile dans un pays de 31 millions d’habitants marqué par la grande pauvreté, la violence rampante et dont l‘économie reste très dépendante de ses ressources minières.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pérou: l'ex-président Toledo, accusé de corruption, en prison après son extradition

L'ex-président péruvien Alejandro Toledo a été extradé par les États-Unis

Lima : affrontements autour du Parlement péruvien, les manifestants exigent des élections