Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : quelles conséquences sur le tourisme ?

Brexit : quelles conséquences sur le tourisme ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Quel impact un éventuel “Brexit” aura-t-il sur le secteur-clé du tourisme ? La question est posée avec insistance, alors que la Grande-Bretagne a accueilli l’an passé plus de 36 millions de touristes, dont près 70 % en provenance de l’Union européenne.

L’association UKInbound, spécialisée dans le tourisme en Grande-Bretagne, redoute le pire pour les entreprises du secteur : “C’est comme un suicide économique. Pourquoi se retirer volontairement d’un marché qui fournit les deux tiers de l’activité à nos membres ?”, s’interroge la directrice de UKinbound, Deidre Wells.

Autre inquiétude : les Britanniques pourraient voir les prix augmenter pour les voyages à l‘étranger. En cas de Brexit, beaucoup anticipent en effet une chute de la livre sterling face à l’euro et au dollar.

“Les Britanniques risquent de moins voyager à l‘étranger. Mais d’un autre côté, le Royaume-Uni deviendrait une destination plus attractive pour les touristes étrangers, car les prix seront relativement moins chers”, souligne Alexander Goransson, expert en tourisme pour Euromonitor International.

A Londres, les touristes sont également partagés sur la question : il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne :

Cet Italien soutient le Brexit : “Cela a un sens sur le plan économique, étant donné que l‘économie britannique est plus forte que celle de la plupart des pays européens.”

Cette Allemande est contre le Brexit : “L’objectif, c’est de rassembler l’Europe, et non de la diviser.’‘

À moins de deux semaines du référendum, le Brexit n’a pas fini d’alimenter les débats.