Brésil : Michel Temer, le président conspué

Brésil : Michel Temer, le président conspué
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En fonction depuis une semaine, le remplaçant de Dilma Rousseff a été hué par la foule le jour de la fête nationale.

PUBLICITÉ

La fête nationale brésilienne s’est transformée mercredi en parade de la contestation pour Michel Temer, le nouveau président brésilien.
Le remplaçant de Dilma Rousseff a été copieusement hué en public du début à la fin de la journée. Seule consolation pour Michel Temer : l’an dernier dans la capitale brésilienne, Dilma Rousseff avait eu droit, elle aussi, à son lot d’insultes lors des cérémonies officielles.

Thousands march against newly appointed Pres. Temer in Sao Paulo. https://t.co/tQvVqqgPBcpic.twitter.com/VrtCSrzitf

— Ruptly (@Ruptly) 8 septembre 2016

Une semaine après la destitution de sa rivale à la présidence de la République, Michel Temer est jugé illégitime par les électeurs de gauche, qui exigent de nouvelles élections. Or celles-ci ne sont pas prévues avant 2018.

L’impopularité de Temer n’en est probablement qu‘à ses début : avec son gouvernement, le président vient de présenter un plan d’assainissement de l‘économie brésilienne qui prévoit des coupes claires dans le budget du pays. Le recul de l‘âge de la retraite fait partie des nouvelles réformes critiquées par les partisans de l’ancienne présidente.

Le calvaire de Michel Temer s’est terminé mercredi soir au stade de Maracanã à Rio où se tenait la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques.

Le président y a été conspué devant les télévisions du monde entier.

“Temer Out” at the Opening Ceremony of 2016 #Paralympics, in #Rio2016. #ForaTemer#CerimoniaDeAberturapic.twitter.com/0MwJgKvtD1

— NoDAPL (@PersonalEscrito) 8 septembre 2016

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : au moins 100 morts et 128 disparus dans les inondations au Brésil

Inondations au Brésil : au moins 66 morts et 101 disparus

Macron au Brésil : un renouveau dans les relations entre les deux pays