Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brésil: les citoyens entre amertume et désenchantement

Brésil: les citoyens entre amertume et désenchantement
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ce matin dans les rues de Rio de Janeiro, les habitants ont passé un peu plus de temps qu‘à l’accoutumée devant les unes des journaux. Dilma destituée, Michel Temer au Palais présidentiel, même attendue la nouvelle bouleverse le paysage politique brésilien. Putsch institutionnel ou procédure constitutionnel, la question divise toujours. “Aucun doute qu’il s’agit d’un coup, indépendamment de mon appartenance à tel ou tel parti, il s’agit d’une rupture institutionnelle. Ils n’ont pas respecté la loi et ils ont profité d’avoir la majorité au congrès et de la crise économique aussi”, explique un jeune Carioca. Un autre habitant rajoute plus fataliste, “ce serait compliqué que la situation empire. J’espère seulement que Temer, le nouveau président, fera ce qu’il doit faire, sinon on le renverra aussi”

J'espère que le nouveau président fera ce qu'il doit faire, sinon on le renverra aussi

Un habitant de Rio

Michel Temer a promis de “remettre le pays sur les rails”. Scandale Petrobras, économie qui stagne, selon de nombreux sondages la rupture entre citoyens et la classe politique est consommé. Le nouveau président débute son exercice avec une cote de popularité à seulement 15%, un niveau quasiment aussi bas que celui de Dilma Rousseff.