PUBLICITÉ

Chine : la police mate le village rebelle de Wukan

Chine : la police mate le village rebelle de Wukan
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De nombreux habitants ont été arrêtés après une émeute liée à la condamnation du maire du village. Ce dernier avait été "élu" après un scandale de corruption.

PUBLICITÉ

Dans le sud de la Chine une chape de plomb est retombée sur le village rebelle de Wukan.
Mardi, après une violente confrontation avec les forces de sécurité, au moins 13 habitants ont été interpellés pour atteinte à l’ordre public. D’autres sources évoquent 70 arrestations.
Ces événements font suite à la condamnation du maire du village.
Accusé de corruption par les autorités, Lin Zulian, était surtout l’un des rares maires à avoir été “élu” par les habitants.

Police fire tear gas, rubber bullets on protesters in southern China’s rebel village of Wukan https://t.co/wEiP0hEI2K

— Quartz (@qz) 14 septembre 2016

Face à la caméra, une villageoise raconte que de nombreux policiers sont arrivés pour arrêter les habitants. “Beaucoup ont été battus, les plus vieux comme les enfants”, déclare cette témoin.

Ces émeutes à Wukan ne sont pas nouvelles. En 2011 déjà, la population s‘était révoltée contre les chefs locaux du parti communiste accusés d’avoir volé les terres des villageois. Ils avaient fini par être chassés et remplacés par des représentants soutenus par la population.

Mercredi matin à Hong Kong, seule une poignée d’activistes ont pu manifester leur soutien aux habitants de Wukan.

Wukan, un village devenu symbole de liberté où un semblant de démocratie avait pu voir le jour… avec l’aval des autorités chinoises.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine salue le chiffre d'affaires record des échanges commerciaux entre la Russie et la Chine

Vladimir Poutine est arrivé en Chine

Pékin et Washington doivent être "des partenaires, pas des rivaux" affirme Xi à Blinken