PUBLICITÉ

Irak : les humanitaires s'activent avant l'assaut final contre Daesh

Irak : les humanitaires s'activent avant l'assaut final contre Daesh
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ONU s'attend à recevoir entre 200 000 et 250 000 civils fuyant les combats dans la région de Mossoul.

PUBLICITÉ

Dans le nord de l’Irak, l’aide humanitaire s’organise tant bien que mal derrière la ligne de front.

Mardi, plus de 500 tonnes de vivres et de médicaments sont arrivés à Erbil à 150 km à l’est de Mossoul.

Une goutte d’eau dans un océan de besoins : les réfugiés qui comment à arriver par milliers manquent de tout.

Le Haut commissariat des Nations unies a déjà installé des camps comme celui installé près de Bardarash au nord-est de Mossoul.
Mais l’ONU s’attend à recevoir entre 200 000 et 250 000 personnes fuyant les combats autour de de la ville.

Irak, Mossoul. Dos face au chaos. pic.twitter.com/rLAPOgTtAX

— Salem (@Ibn_Sayyid) 25 octobre 2016

Le pire est à venir : la ville de Mossoul compterait encore 1,5 million d’habitants pris entre deux feux.

Sur place, l’offensive contre Daesh progresse plus vite que prévu.
Les forces irakiennes ne sont plus qu‘à quelques kilomètres de Mossoul.

Reste à coordonner l’assaut final entre toutes les parties en présence : entre les Kurdes, les Turcs, les combattants pro-iraniens et la coalition internationale : tous sont unis contre Daesh mais tous pensent surtout à occuper le terrain une fois la région libérée. Une menace de plus pour les populations civiles.

Irak : les troupes progressent, la coalition parle de l’après-Mossoul https://t.co/96e17324Hh

— Le Monde (@lemondefr) 25 octobre 2016

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un mariage vire à l'horreur en Irak : plus de 100 morts dans un incendie

NO COMMENT : Rafah va être attaquée, la population appelée à évacuer

Guerre Israël-Hamas : Israël reconnaît une "grave erreur" en tuant sept humanitaires