Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Fragile cessez-le-feu en Syrie

Fragile cessez-le-feu en Syrie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Syrie, le cessez-le-feu entre régime et rebelles est toujours globalement respecté depuis qu’il est entré en vigueur jeudi dernier à minuit. Mais il reste fragile. Quelques combats persistent. Au point que les groupes rebelles menacent de briser la trêve.

À Alep, le régime a acheminé de l’eau potable par camions-citernes pour les civils. D’après Damas, c’est le groupe État islamique qui a coupé l’accès à l’eau potable, et ce, dès le premier jour du cessez-le-feu.

À 60 kilomètres de là, à Idlib, ceux qui ont fui Alep-Est survivent grâce à l’aide humanitaire. Et peu leur importe qui est responsable de leur sort.

« Nous sommes partis à cause des frappes aériennes, des combats, des bombes à fragmentation, des missiles », raconte un réfugié. « Les frappes étaient incessantes alors nous avons fui. Nous avons abandonné nos maisons. On souffre. Et le régime n’a plus aucune crédibilité »

Le cessez-le-feu ne concerne pas le groupe État islamique ni le Front Al-Nostra. Son impact est donc très limité. Et les humanitaires, constatent, impuissants, qu’il ne leur permet pas de travailler plus efficacement pour aider les 8 millions de réfugiés que compte désormais la Syrie à l’intérieur de ses frontières.