PUBLICITÉ

Le Luxembourg taxe Vienne "d'idéologie d'extrême-droite nationaliste"

Le Luxembourg taxe Vienne "d'idéologie d'extrême-droite nationaliste"
Tous droits réservés 
Par Cecile Mathy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jean Asselborn, le chef de la diplomatie luxembourgeoise, s'en prend aux propositions de son homologue autrichien en matière migratoire.

PUBLICITÉ

La ligne de faille s‘élargit en Europe sur la question migratoire entre le Luxembourg et l’Autriche.

Dans une interview à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, Jean Asselborn, le chef de la diplomatie du Grand Duché a estimé que les propositions de son homologue autrichien *relevaient d’une “idéologie d’extrême-droite nationaliste”.*

“L’Union européenne ne doit pas être une forteresse d’indifférence lorsque des personnes persécutées frappent à sa porte”, a ajouté Jean Asselborn.

Luxemburgs Außenminister Jean Asselborn wirft Österreich im DerSPIEGEL</a> "rechtsnationales Gedankengut" vor. <a href="https://t.co/5LMcCzS3FF">https://t.co/5LMcCzS3FF</a></p>&mdash; SPIEGEL ONLINE (SPIEGELONLINE) 6 janvier 2017

Sebastian Kurz s‘était prononcé pour la mise en place de centres de rétention à l’extérieur de l’Union européenne, dans lesquels les demandes d’asile des réfugiés seraient étudiées, sur le modèle de ce que fait l’Australie.

Le ministre autrichien des Affaires étrangères plaide pour une politique européenne rigoriste en matière d’immigration.

Il a récemment proposé==de suspendre les aides européennes aux pays d’origine==des migrants qui n’accepteraient de les reprendre.

En septembre 2015, il s‘était félicité d’avoir été la seule personnalité politique à ne pas avoir accueilli à la gare de Vienne les réfugiés arrivant de Hongrie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Géorgie : la "Commission de Venise" apelle au retrait de la "loi russe"

L'Autriche veut externaliser les demandes d'asile en Afrique

La présidente géorgienne a mis son veto à la "loi russe", "un sabotage de notre voie européenne"