DERNIERE MINUTE

Syrie : les rebelles prêts à reprendre le combat si les négociations échouent

Syrie : les rebelles prêts à reprendre le combat si les négociations échouent
Taille du texte Aa Aa

Ils ne se parlent pas directement, mais ils sont assis à la même table, une première après plus de cinq ans de conflit. Les délégations du régime syrien et des principaux groupes rebelles sont rassemblées depuis ce lundi à Astana, au Kazakhstan, dans une atmosphère tendue.

Si les négociations [...] échouent, malheureusement, nous n'aurons pas d'autre choix que de continuer le combat - Ossama Abou Zeid

déclaration “provocante”

La délégation rebelle a d’emblée promis que les combats reprendraient en cas d‘échec des négociations. Son chef, Mohamed Allouche, a également qualifié le gouvernement syrien de “terroriste” et comparé son armée au groupe État islamique.

Une déclaration au ton “provocant” et “insolent”, a réagi l’ambassadeur syrien aux Nations Unies, Bashar al-Jaafari, qui conduit la délégation syrienne.

La confiance est encore loin d‘être acquise. Il en faudra pourtant pour arriver à consolider un cessez-le-feu régulièrement mis à mal depuis le 30 décembre. Ossama Abou Zeid, porte-parole de la délégation rebelle, appelle notamment la Russie à faire le nécessaire pour que ses alliés syrien et iranien respectent la trêve.

l’EI et Fatah al-Cham exclus

Moscou, associé à la Turquie et à l’Iran, est le parrain de ces négociations d’Astana qui ne sont qu’un début. Le processus doit repasser sous l‘égide des Nations Unies, à Genève, le 8 février.

En parallèle, sur le terrain, les combats contre le groupe État islamique et Fatah al-Cham se poursuivent. Ces deux organisations sont considérées come “terroristes” et sont donc exclues des pourparlers. Ce lundi, l’aviation russe a bombardé des positions jihadistes à Deir Ezzor.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.