Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Silicon Valley condamne le décret anti-immigration

La Silicon Valley condamne le décret anti-immigration
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les géants de la Silicon Valley ont emboîté le pas aux milliers de citoyens américains en réagissant ouvertement ce week-end au décret sur l’immigration du président Trump. Les entreprises technologiques de la côte ouest emploient traditionnellement plus d‘étrangers que la moyenne.

Il y a tout d’abord ceux qui agissent, comme la plate-forme de logements Airbnb, qui a déclaré qu’elle hébergerait gratuitement les réfugiés refoulés du sol américain, et encouragé sa communauté à faire la même chose.

Dans la même veine, Uber a baissé le prix de ses trajets pendant une manifestation de taxis à l’aéroport JFK et a mis en place un fond de 3 millions de dollars pour protéger ses salariés et chauffeurs qui seraient impactés par le décret.

Google, dont plus de 100 employés seraient touchés par le décret, a décidé de verser 4 millions de dollars à des ONG luttant pour les droits des migrants.

Le PDG de Microsoft (Satya Nadella), qui est comme celui de Google (Sundar Pichai) d’origine indienne, a assuré à ses salariés que sa firme continuerait de défendre “l’influence positive“ de l’immigration.

Les réseaux sociaux se sont aussi déclarés défavorables à l’initiative de la Maison Blanche, comme Facebook par la voix du petit-fils d’immigré Mark Zuckerberg, et Twitter qui a expliqué sur son compte officiel : “Twitter est construit par des immigrants de toutes les religions“.

C’est pour des raisons économiques que le patron de la plate-forme professionnelle LinkedIn Jeff Weiner a contesté la mesure de la Maison Blanche, en rappelant que “40% des 500 plus grandes fortunes américaines sont des immigrés ou des enfants d’immigrés“.

Apple n’aurait jamais existé sans l’immigration“, a conclu son PDG Tim Cook dans un e-mail envoyé samedi à ses effectifs. Le fondateur d’Apple, Steve Jobs, était le fils d’un Syrien venu étudier aux Etats-Unis. La Syrie est l’un des sept pays visés par le décret américain.