PUBLICITÉ

Merkel menace d'interdire les meetings pro-Erdogan en Allemagne

Merkel menace d'interdire les meetings pro-Erdogan en Allemagne
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trop, c’est trop.

PUBLICITÉ

Trop, c’est trop. La chancelière Angela Merkel menace à présent d’interdire aux responsables turcs de participer à des réunions électorales pro-Erdogan en Allemagne. La campagne des militants turcs se poursuit pour le moment sur le terrain en vue du référendum du 16 avril sur le renforcement des pouvoirs du président turc.
Mais les nouvelles attaques proférées par Recep Tayip Erdogan à l’encontre de la chancelière ne sont pas du tout passées.

“Ma position, c’est que les comparaisons avec le nazisme qui viennent de Turquie doivent cesser, a déclaré la chancelière, aux côtés du Premier ministre japonais Shinzo Abe en visite en Allemagne. Il n’y pas de “si” ou de “mais” qui tiennent. Malheureusement, ces comparaisons n’ont pas pris fin et nous n’allons pas tolérer que la fin justifie toujours les moyens et que tous les tabous tombent, sans respect pour la souffrance de ceux qui ont été poursuivis et assassinés durant le national-socialisme.”

“Une effronterie”

Martin Schulz, le tout nouveau président du SPD, le parti social-démocrate, s’est également montré très ferme.
“J’ai entendu cela et j’ai vu un court extrait du discours de Monsieur Erdogan. C’est insolent, c’est une effronterie que le dirigeant d’un pays ami insulte ainsi la dirigeante de ce pays” a estimé l’ancien président du Parlement européen.

Les relations entre Ankara et Berlin traversent une crise aiguë après l’interdiction ces derniers jours de plusieurs réunions électorales pro-Erodogan en Allemagne. Environ trois millions de Turcs vivent en Allemagne.

#Turquie#Allemagne#Erdogan s'en prend de plus belle à #Merkel
Lire l'article ici : https://t.co/9DyRkpBDWl

— MAHAMAT HISSEINE (@MHISSEINE) March 20, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Turquie-Allemagne : la tension permanente

Un membre de l'AfD accusé d'avoir été payé par la Russie

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck