EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Face à l'Allemagne, Erdogan montre les crocs

Face à l'Allemagne, Erdogan montre les crocs
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Mécontent des décisions diplomatiques du gouvernement allemand à l'encontre de son pays, le président turc Erdogan hausse le ton.

PUBLICITÉ

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est en colère et il veut le faire comprendre aux yeux de tous, à commencer par ceux de l’Allemagne. Son message est clair : aucun pays étranger ne lui dictera la politique judiciaire à adopter dans son pays. Quitte à se froisser durablement, avec l’un de ses meilleurs alliés en Europe et porter de lourdes accusations à son encontre :

“Je condamne fermement les propos sans aucun fondement de la ministre de l’Economie allemande, dont le but est de perturber les entreprises qui investissent dans notre pays. Il n’y a aucune enquête sur une entreprise allemande en Turquie : ces accusations sont un tissu de mensonges. Le gouvernement allemand qui héberge des terroristes turcs dans son pays devrait plutôt expliquer cela : comment justifier le soutien financier accordé à ces personnes ? Le ministère allemand des Affaires étrangères a émis une mise en garde aux voyageurs qui voudraient se rendre en Turquie, en raison de pseudo mauvaises conditions de sécurité. C’est totalement déplacé”, a déclaré le président turc en conférence.

Des propos à charge qui font suite à l’annonce de Berlin de « réorienter » ses relations diplomatiques avec Ankara. Ce durcissement intervient après l’arrestation de plusieurs militants des droits de l’homme, début juillet à Istanbul dont un Allemand. En réaction, le ministre de l’Economie allemand avait comparé le système judiciaire turc à celui pratiqué dans l’ex-Allemagne de l’Est, peu réputé pour son impartialité.

The suggestion that Turkey isn’t a safe travel destination is utterly baseless and malicious in intent.

— Recep Tayyip Erdoğan (@RT_Erdogan) 21 juillet 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Turquie : un projet de loi controversé pour contrôler la population de chiens errants dans le pays

Chypre commémore l'invasion turque il y a 50 ans

Recep Tayyip Erdoğan remercie Pedro Sánchez pour sa position sur Gaza