La Mostra de Venise à l'heure politique

La Mostra de Venise à l'heure politique
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

George Clooney a foulé le tapis rouge de la Mostra de Venise, aux côtés de son épouse Amal. Le réalisateur américain est venu présenter son dernier film, “Suburbicon”. Un film auquel les frères Coen ont apporté leur touche pour produire une satire politique, qui replonge le spectateur dans l’Amérique des années 50 minée par le racisme.

“Ce n’est pas un film sur Donald Trump”, indique George Clooney. “C’est un film sur le fait de revenir toujours à cette conclusion, qui est que nous n’avons jamais réglé nos problèmes de racisme. On a essayé. Si vous venez dans notre pays, où que vous alliez, la colère est plus forte que celle que j’aie ressentie à l‘époque du Watergate; il y a un nuage sombre qui plane au-dessus de nous aujourd’hui “.

Matt Damon et Julianne Moore partagent l’affiche du film, pour camper un couple de blancs rongés par la peur de l’autre, dans une banlieue dominée par les apparences.

There goes the neighborhood. Matt Damon, _JulianneMoore</a> & Oscar Isaac star in <a href="https://twitter.com/hashtag/Suburbicon?src=hash">#Suburbicon</a>, in theatres Oct 27. Watch the trailer now! <a href="https://t.co/IW9irYuSBZ">pic.twitter.com/IW9irYuSBZ</a></p>— Suburbicon (SuburbiconMovie) 27 juillet 2017

Un autre film présenté est lui aussi ancré dans son époque : “Foxtrot”, du réalisateur israélien Samuel Maoz, déjà sacré en 2009 pour “Lebanon”. Le récit d’un deuil, avec pour toile de fond deux générations qui portent le traumatisme de leur service militaire.

“ll est assez clair que ce film est une allégorie de ce que représente l’armée”, précise Samuel Maoz. “Je ne vais pas dire naïvement qu’il n’y a pas de sens politique à cela; bien sûr qu’il y en a un. Mais c’est d’abord une histoire universelle”.

Ici, le barrage routier surveillé par un soldat reflète les travers d’une société anxieuse, aux perceptions déformées, héritées elles aussi des marques du passé.

L’Israélien Samuel Maoz revient en compétition à Venise avec “Foxtrot” https://t.co/cX6s1OkqQapic.twitter.com/odkMEeqnpf

— Culturebox (@Culturebox) 2 septembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : Star Trek débarque en Chine

Clotûre du Festival du Film de Karlovy Vary : Robin Wright remporte le Prix du Président

Cannes 2023 : "Asteroid City", la nouvelle frontière de Wes Anderson