En pleine tempête, Ryanair s'excuse pour les annulations

En pleine tempête, Ryanair s'excuse pour les annulations
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après plusieurs jours de tâtonnement, la low-cost irlandaise a finalement publié la liste complète des quelque 2.000 liaisons annulées jusqu'à fin octobre.

PUBLICITÉ

Ryanair a présenté ses excuses aux voyageurs concernés par de multiples annulations de vols : entre quarante et cinquante liaisons supprimées par jour jusqu‘à fin octobre.

Après plusieurs jours de tâtonnement, la low-cost irlandaise a finalement publié la liste complète des liaisons annulées au cours des six prochaines semaines.

Mais chez les clients de Ryanair, la pilule a du mal à passer :

“Ce n’est pas juste pour les personnes qui ont déjà réservé leurs vacances, billets d’avions, tout ! Annuler comme cela, ce n’est pas normal”, dit une jeune femme.

“C’est le foutoir total, on peut le dire. Pourquoi ils ont fait cela, je l’ignore”, dit cet homme.

Ryanair a expliqué que ces annulations avaient pour but d’améliorer la ponctualité de ses vols, évoquant des retards ce mois-ci liés à des mouvements sociaux ou à la météo.

Mais la compagnie irlandaise ferait face aussi à une pénurie de pilotes, certains étant contraints de prendre leurs congés.

En pleine tempête, le PDG de Ryanair, Michael O`Leary, a reconnu des erreurs :

“Oui, ces annulations ont été annoncées tardivement, oui c‘était inattendu, et donc, je suis sincèrement désolé. Nous avons fait de notre mieux pour communiquer d’abord avec les voyageurs qui étaient les premiers impactés. Quand nous faisons une erreur à Ryanair, nous essayons d’en expliquer la raison. Nous allons indemniser les passagers, dont les vols ont été annulés.”

Ces annulations de vols, près de 2.000 en tout jusqu‘à fin octobre, vont peser sur les comptes de la compagnie irlandaise. Elles ont entrainé en outre une baisse de l’action Ryanair.

Partager cet articleDiscussion