DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Premier grand test diplomatique pour Emmanuel Macron à l'ONU

Vous lisez :

Premier grand test diplomatique pour Emmanuel Macron à l'ONU

Premier grand test diplomatique pour Emmanuel Macron à l'ONU
Taille du texte Aa Aa

Le président français a fait ses grands débuts à la tribune des Nations unies, après le discours déterminé de Donald Trump. Devant les dirigeants du monde réunis à New York à l’occasion de la 72ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, Emmanuel Macron a passé son premier grand test diplomatique.

Dans son discours, en français, Emmanuel Macron a plaidé pour la création d’un groupe de contact sur la Syrie, en intégrant les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et “les parties prenantes” au conflit, afin de trouver une solution politique à celui-ci.

Dans son allocution, Emmanuel Macron a aussi dénoncé le “nettoyage ethnique” contre les Rohingyas en Birmanie. “Les opérations militaires doivent cesser, l’accès humanitaire doit être assuré, et le droit rétabli, face à ce qui est, nous le savons, un nettoyage ethnique”, a ainsi affirmé le président français.

Il a aussi indiqué que les accords sur le nucléaire iranien étaient “essentiels à la paix” et que les dénoncer, comme menacent de le faire les Etats-Unis, serait “une lourde erreur”.

Le chef de l’Etat français est également revenu sur l’accord de Paris sur le climat, en regrettant le retrait des Etats-Unis en indiquant que “la porte de l’accord de Paris sur le climat restera toujours ouverte aux Etats-Unis, mais nous continuerons à le mettre en œuvre.” Emmanuel Macron a déclaré que “l’accord de Paris ne sera pas renégocié” et que “Nous ne reculerons pas” car “le réchauffement climatique ne s’arrête pas”

Enfin, E. Macron a lancé un plaidoyer en faveur du multilatéralisme, soit la coopération entre plusieurs États pour instaurer des règles communes. “Le multilatéralisme est universel, c’est cela qui construit la paix dans la durée, c’est la règle du droit”. Le président français a plaidé pour une ONU “plus agile” et “plus responsable” et pour un Conseil de sécurité plus efficace, moins tributaire du véto des membres permanents.

Avec AFP

—> Consultez le discours d’Emmanuel Macron :