DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Judo : Fin en apothéose pour le Grand Prix de Tunis

Vous lisez:

Judo : Fin en apothéose pour le Grand Prix de Tunis

Judo : Fin en apothéose pour le Grand Prix de Tunis
Taille du texte Aa Aa

Le grand homme de la dernière journée du Grand Prix de Tunis de judo se nomme Ben Fletcher. Il offre à l’Irlande sa première médaille d’or dans l’histoire du World Judo Tour.
Un spectaculaire Uchi mata avait donné le ton de son tournoi dès les demi-finales contre l’Algérien Lyes Bouyakoub.
En finale, c’est le Russe Ramazan Malsuigenov qui se dressait sur sa route. Un combat très serré qui s’est conclu sur un waza-ari de dernière seconde.

Au total, 24 pays de 5 continents auront été médaillés sur ce week-end tunisien.

“C’est super pour le judo irlandais. C’est mon tout premier titre en Grand Prix. C‘était une super performance, très propre, très complète. Il y a encore des petits détails à améliorer, j’en suis conscient. Mais c’est une très bonne journée en général et je suis vraiment content.”

Chez les femmes, la performance du jour pour Mao Izumi. La judoka japonaise, en pleine confiance, score un ippon dans chacun de ses combats. Comme en demi face à la Russe Niurguiana Nikiforova ou en finale, opposée à la Néerlandaise Karen Stevenson.
En montant sur la plus haute marche du podium, Izumi évite au Japon, nation forte du judo, de rentrer bredouille à la maison.

Le judo tunisien n’est pas en reste. Devant son public, Nihel Cheikh Rouhou n’a pas déçu. Chez les plus de 78 kg, elle prend le dessus sur la Slovène Anamari Velensek dans le match pour la troisième place. Rouhou offre donc une médaille de bronze à la Tunisie.

“C’est un immense honneur pour la Tunisie de pouvoir accueillir un tel évènement. Quand des judokas tunisiens combattent dans notre pays il y a toujours une grosse ambiance. J’espèrais pouvoir aller chercher l’or, mais des petites erreurs m’ont coûté un match. A l’avenir, j’espère pouvoir faire mieux. Quand vous combattez en Tunisie, c’est différent d’ailleurs, mais j’espère pouvoir gagner ailleurs dans le futur.”

Dans la finale de cette catégorie des plus de 78 kg, c’est Maryna Slutskaya du Belarus qui a pris le dessus sur la brésilienne Beatriz Souza.

La catégorie reine chez les hommes, avec les plus de 100 kg, et c’est Oleksandr Gordiienko, l’Ukrainien, qui bat l’Iranien Javad Mahjoub sur Waza ari.

Enfin le geste du jour, chez les plus de 90 kg, dans le combat pour la plus haute marche du podium, Un Tai Otoshi supersonique réalisé par le Kazakh Islam Bozbayev et pas sur n’importe qui, sur le vice-champion du Monde hongrois, Krisztian Toth.