DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Saint-Valentin : et maintenant la banque des amoureux

Vous lisez:

Saint-Valentin : et maintenant la banque des amoureux

Saint-Valentin : et maintenant la banque des amoureux
Taille du texte Aa Aa

La plupart des amoureux connaissent Roméo et Juliette mais n'ont sans doute jamais entendu parler des amants de Banska Stiavnic.

Cette petite ville médiévale de 10 000 habitants, au cœur de la Slovaquie, prétend pourtant être "l’épicentre de l’amour". Un énième slogan tombé à pic pour la Saint-Valentin ?
Pour justifier ce label, la commune revendique surtout le fait d’abriter le poème d’amour le plus long du monde.

Publié en 1846 par Andrej Sladkovic, le poème raconte la passion du poète slovaque pour sa dulcinée, Marina Pischlova, originaire de la ville et mariée de force à un autre homme. L’œuvre compte 2900 lignes au total et a déjà été traduite en plusieurs langues, en français notamment.

Au-delà du poème de Sladkovic, dont une exposition lui a été consacrée, la maison de Marina Pischlova s’est surtout transformée en véritable banque de l’amour. Dans le sous-sol de l’édifice, une voûte du XVIe siècle a été spécialement aménagée et transformée en véritable chambre forte où les amoureux du monde entier peuvent y faire des dépôts dans des petits coffres mis à leur disposition. Souvenirs, photos, objets personnels… les dépôts ne sont autorisés que certains jours de l’année, dont le 14 février, bien entendu.

A la fin de la visite, les amoureux peuvent naturellement laisser une trace de leur passage dans le registre de l’amour, un livre de 3200 pages pesant une cinquantaine de kilos.

"Certains estiment le projet très audacieux et ambitieux. Mais si des millions de gens sont prêts à aller à Vérone pour voir le balcon de Roméo et Juliette, un couple imaginaire, je pense que beaucoup viendront à l'Epicentre de l'Amour pour revivre une vraie histoire d'amour", estime Katarina Javorska, la porte parole de « l’épicentre de l’amour". 

Avec Agences