DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marion Maréchal Le Pen : ce qu'elle a dit à Washington

Vous lisez:

Marion Maréchal Le Pen : ce qu'elle a dit à Washington

Marion Maréchal Le Pen : ce qu'elle a dit à Washington
Taille du texte Aa Aa

C'est un retour sur la scène politique qui ne dit pas son nom pour Marion Maréchal Le Pen.

A la conférence très médiatisée des conservateurs américains (CPAC) près de Washington, la nièce de Marine Le Pen a mis en avant jeudi ses idées et celles du Front national durant 10 minutes : "France d'abord", dénonciation de l'islamisation, de l'Union européenne, rejet en vrac de l'euthanasie, de la théorie du genre, de l'eugénisme, tout y est passé.

La jeune femme a surtout repris le slogan de Donald Trump. "Je veux l'Amérique d'abord pour le peuple américain, je veux la Grande-Bretagne d'abord pour le peuple britannique, et je veux la France d'abord pour le peuple français", a insisté la jeune retraitée de la vie politique française.

"Après 1 500 ans d'existence, c'est nous les Français qui devons maintenant nous battre pour notre indépendance. Non, la France n'est plus libre aujourd'hui. Notre liberté est entre les mains de l'union européenne", a martelé l'ancienne députée.

Marion Maréchal Le Pen a également profité de cette tribune pour dénoncer l'islamisation de la société française : "La France est en train de passer de fille aînée de l'église catholique à petite nièce de l'islam. "

Souvent interrompue par des applaudissements, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen a assuré son public que la jeunesse française était prête à livrer bataille "pour remettre l'agenda conservateur au coeur de l'agenda politique".

Ce discours impromptu intervient à deux semaines du congrès du Front national que présidera Marine Le Pen, passablement affaiblie après sa défaite à l'élection présidentielle française. La réapparition de sa jeune nièce a d'ailleurs relancé les spéculations sur la succession de la dirigeante en titre du FN.

Le discours de Marion Maréchal Le Pen a été qualifié vendredi de"typiquement d'extrême droite" et de "mortifère", par la secrétaire d'Etat française Brune Poirson.

Avec Agences