DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ex-espion russe empoisonné : agents innervants, un poison politique

Vous lisez:

Ex-espion russe empoisonné : agents innervants, un poison politique

Ex-espion russe empoisonné : agents innervants, un poison politique
Taille du texte Aa Aa

Un « agent innervant » : c’est ainsi que la police britannique a qualifié le poison auquel ont été exposés l’ancien espion russe Sergueï Skripal, sa fille, mais aussi un agent de police.

Une arme chimique, dont la production, ne peut se faire que via une structure ou une organisation qui en maîtrise la technique :

"Il est difficile de s’en procurer et d’obtenir les outils pour produire ce poison, d'autant plus qu'il faudrait le faire secrètement. Le nombre de pays ou d'organisations qui pourraient potentiellement le faire est assez important. Mais si on s’oriente vers des agents plus modernes et de haute technologie, on commence alors à réduire le nombre de pays qui sont capables d’en fabriquer" commente Jerry Smith, ancien inspecteur de l'ONU.

Reste à savoir comment les victimes sont entrées en contact avec la substance. Le cas du policier contaminé a posteriori pourrait apporter une piste supplémentaire :

"À ce stade, je pense que ce qu'on peut dire, c'est que si le policier a été contaminé par le même produit que celui qui a touché les victimes, cela suppose peut-être que ce produit lui a été transmis pendant qu'il les aidait. Cela nous laisse comprendre que quelque chose se trouvait sur leur peau ou sur leurs vêtements, et que les victimes ne l’ont pas ingéré dans le restaurant".

Les agents innervant sont des produits très toxiques qui détruisent le système nerveux : un antidote existe, mais son efficacité n’est pas garantie, notamment en fonction de la vitesse à laquelle les victimes ont été prises en charge.