Fusillade près de Toulouse : deux Azéris pris pour cible

Fusillade près de Toulouse : deux Azéris pris pour cible
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une femme est morte de ses blessures. Son mari a été blessé à l'épaule. La piste d'un règlement de compte a été évoquée.

PUBLICITÉ

En France, un couple originaire d'Azerbaïdjan a été victime d'une fusillade, vendredi matin vers 9 heures dans la banlieue de Toulouse.

Rahim Namazov, et son épouse, Aïda, tous les deux âgés de 39 ans, ont été pris pour cible alors qu'ils se trouvaient en pleine rue, à bord de leur voiture.

Plusieurs coups de feu ont été tirés depuis un second véhicule. Aïda Namazov est morte quelque instants plus tard des suites de ses blessures à la tête. Son mari a été blessé à l’épaule. La piste du règlement de compte est envisagée.

Rahim Namazov se présente comme journaliste, mais selon Reporters sans frontières "à l'heure actuelle, il ne peut être établi qu'il existe un lien entre les tragiques crimes le visant lui et son épouse" et "de quelconques activités journalistiques".

Selon les premiers éléments de l'enquête, le couple qui a trois enfants avait déposé la plus jeune à l'école à Colomiers et venait de se garer au pied de son immeuble de quatre étages quand il a été pris pour cible par des tirs provenant d'une autre voiture.

Rahim Namazov avait été menacé de mort dans son pays et emprisonné. Soupçonné de terrorisme, il a par la suite été expulsé d’Azerbaïdjan. Il était réfugié à Toulouse depuis 2010.

Selon l'APA, une agence de presse azérie, Rahim Namazov aurait récemment "insulté les patrons du crime" dans son pays d'origine.

Le responsable chez RSF de l'Europe et le Moyen-Orient, Johan Bihr, a attiré l'attention de l'AFP sur un tweet de la journaliste d'investigation azérie Khadija Ismaylova, "personnalité très reconnue". Elle affirme que Namazov "prétendait être un journaliste persécuté" mais que cette guerre pourrait être le résultat d'une "bagarre sur internet avec des gens de la mafia"... "Ces derniers temps, sur internet, il a prétendu être de la mafia", a-t-elle notamment écrit.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?

Disparition du petit Emile : les ossements de l’enfant ont été retrouvés

Après l’attentat à Moscou, la peur d’une résurgence du terrorisme dans les pays européens