PUBLICITÉ

Andrea Nahles, une voix forte pour un SPD affaibli

Andrea Nahles, une voix forte pour un SPD affaibli
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour la première fois, les sociaux-démocrates allemands ont élu à leur tête une femme. A 47 ans, elle est à l'origine du salaire minimum en Allemagne.

PUBLICITÉ

C'était le choix du roi déchu, Martin Schulz. L'ancien président du SPD, défait aux législatives de septembre dernier avait fait connaître sa préférence pour Andrea Nahles lors de sa démission en février.

Elle sera désormais sous les feux des projecteurs. Mais ce n'est pas une novice. Connue pour ses discours enflammés qui la conduisent parfois au bord de l'extinction de voix, elle a fait ses preuves comme ministre du travail dans le précédent gouvernement Merkel. A ce titre, elle est à l'origine du salaire minimum, une vraie petite révolution en Allemagne.

Fonceuse et ne mâchant pas ses mots, elle a même été qualifiée par le journal populaire "Bild" de "seul vrai mec du SPD". Divorcée et mère d'une fille, elle s'est elle-même décrite dans une autobiographie comme une provinciale, fervente catholique, n'aimant rien tant que sa famille. Une façon de trancher avec sa réputation d'animal politique impitoyable. Son art de conjuguer les différences devrait être précieux dans la grande coalition. Reçue au bac en 1989, elle avait écrit dans le journal de classe comme souhait de carrière : "femme au foyer... ou chancelière."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espionnage pour le compte de la Chine: arrestations en Allemagne et Royaume Uni

Cologne : évacuation d'urgence après la découverte d'une bombe de 500 kg

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck