PUBLICITÉ

Italie : Giuseppe Conte est critiqué, il aurait gonflé son CV

Italie : Giuseppe Conte est critiqué, il aurait gonflé son CV
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP, Reuters, APTN
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Laissez-nous commencer à gouverner, après vous pourrez nous critiquer" martèle le chef de file du Mouvement 5 étoiles après les critiques contre le candidat au poste de chef du gouvernement italien.

PUBLICITÉ

Le juriste proposé comme président du conseil italien fait face à des critiques. Il est accusé d'avoir embelli son CV Outre-Atlantique. Giuseppe Conte dit avoir suivi des "cours de perfectionnement juridique" à Yale, La Sorbonne, Cambridge ou encore à la New York University. Mais selon la presse américaine, il n'y aucune trace de son passage à l'université newyorkaise.... Les autres facultés interrogées par nos confrères de l'agence France Presse n'ont pas souhaité répondre, au nom de la confidentialité.

Giuseppe Conte est bien diplômé en droit à l'université de Rome, "La Sapienza". C'est un spécialiste en droit civil et administratif. Mais plus que son CV, c'est son inexpérience en politique qui pose questions aux Italiens et au président Sergio Mattarella qui a des doutes sur son autonomie par rapport aux partis de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles.

De quoi énerver les deux groupes politiques qui voient dans cette polémique la confirmation qu'un gouvernement anti-système, un gouvernement de changement fait peur à l'intérieur et à l'extérieur des frontières italiennes.

"Laissez-nous commencer à gouverner, après vous pourrez critiquer", martèle Luigi Di maio, chef de file du Mouvement 5 étoiles.

Les marchés financiers restent tendus à la bourse de Milan. La commission européenne s'est dit inquiète du ton résolument anti-austérité et anti-immigration du programme commun des grands gagnants des législatives italiennes, et met en garde contre tout dérapage budgétaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie "antisystème" : Bruxelles craint une nouvelle crise de l'euro

Italie : Giuseppe Conte proposé pour devenir président du Conseil

D'inquiétante néofasciste à partenaire respectable, la mue de Giorgia Meloni en un an au pouvoir