Italie "antisystème" : Bruxelles craint une nouvelle crise de l'euro

Italie "antisystème" : Bruxelles craint une nouvelle crise de l'euro
Tous droits réservés REUTERS/Alessandro Bianchi
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que le nouveau gouvernement n'est pas encore formé en Italie, la joute a déjà commencé entre Bruxelles et Rome. Manfred Weber, le leader du Parti populaire européen, a indiqué que la coalition italienne "jouait avec le feu".

PUBLICITÉ

Le nouveau gouvernement italien n'est pas encore formé... mais la joute avec Bruxelles, elle, a déjà commencé.

Manfred Weber a voulu mettre en garde la coalition antisystème en Italie. Le président du Parti populaire européen au Parlement a déclaré qu'elle était -je cite- "en train de jouer avec le feu" en rappelé que le pays était "profondément endetté".

Pas vraiment du goût de Matteo Salvini, le leader du Mouvement 5 Etoiles, qui a immédiatement contre-attaqué sur Twitter : 

 "Après la France, c'est au tour de l'Allemagne de nous menacer. (...) Vous feriez mieux de vous occuper de l'Allemagne, car nous, nous ne pensons qu'au bien des Italiens !"

L'échange est représentatif de nombreuses inquiétudes à travers l'Union européenne.

"Même si l'accord de la coalition est un peu moins dur que ce que les marchés craignaient, je pense que ce nouveau gouvernement italien va clairement bousculer les équilibres au sein de l'Union européenne, à Bruxelles, à Paris. Nous allons sûrement devoir redéfinir les lignes de conduite politique. Cela concerne l'austérité initiée par l'Allemagne, les investissements, le déficit de financement... Cette situation pourrait bien faire renaître la crise de l'euro", analyse Carsten Brzeski - économiste ING-DIBA.

A Bruxelles, la Commission européenne dit espérer que Rome respectera ses promesses de réduction des déficits.

La France, par la voix de son ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a également déjà alerté sur une potentielle déstabilisation de la zone euro.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : premier gouvernement populiste en formation

Italie : Giuseppe Conte est critiqué, il aurait gonflé son CV

Italie : Giuseppe Conte proposé pour devenir président du Conseil