DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nucléaire iranien : Macron met en garde toutes les parties contre un risque de "conflit"

Vous lisez:

Nucléaire iranien : Macron met en garde toutes les parties contre un risque de "conflit"

Nucléaire iranien : Macron met en garde toutes les parties contre un risque de "conflit"
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est arrivé ce mardi après-midi à l'Elysée pour rencontrer le président français Emmanuel Macron, avec l'objectif de le convaincre de créer un front commun contre l'Iran, alors que Téhéran s'apprête à augmenter sa capacité à enrichir de l'uranium.

En Iran la tension monte d'un cran. Devant des fidèles réunis à Téhéran, l'ayatollah Khamenei a été clair. S'il y a de nouvelles sanctions l’Iran reprendra, unilatéralement, son programme d'enrichissement d'uranium. Le vice-président Ali Akbar Salehi a également fait savoir que la mise en production de nouvelles centrifugeuses pourrait avoir lieu dans les heures prochaines, d'ici mercredi soir.

A l'issue de leur entretien, les deux chefs d'Etat ont accordé une conférence de presse, lors de laquelle le président français a mis en garde toutes les parties contre une "escalade" qui pourrait conduire au "conflit", après l'annonce par l'Iran d'une augmentation de sa capacité d'enrichissement d'uranium.

Pour le Premier ministre israélien, "il est temps de mettre une pression maximale sur l’Iran pour faire en sorte que leur programme n'aille nulle part. Je veux que ce soit clair : je n'ai pas demandé au président Macron de quitter l'accord. Je pense que la réalité économique s'en chargera."

Un Netanyahu offensif et un Emmanuel Macron qui tente de temporiser. "J'invite tout le monde à stabiliser la situation et à ne pas céder à cette escalade parce qu'elle ne mènerait qu'à une chose, le conflit", a ainsi déclaré Emmanuel Macron. "L'annonce iranienne ne signifie pas que l'Iran soit sorti du cadre de l'accord de 2015 encadrant son programme nucléaire", a-t-il ajouté.

Suite à la sortie de Donald Trump de l'accord de Vienne, les Européens tentent tant bien que mal de le sauver. Mais Téhéran pourrait perdre patience Les dirigeants iraniens ont déjà averti en mai qu'ils ne donneraient pas plus de quelques semaines aux Européens pour négocier, et qu'ils ne resteraient pas dans l'accord s'ils n'y trouvent plus leur compte.

Revoir le conférence de presse de Benyamin Netanyahou et d'Emmanuel Macron :

- Avec AFP -