DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le régime syrien reprend peu à peu le contrôle de la province de Deraa

Vous lisez:

Le régime syrien reprend peu à peu le contrôle de la province de Deraa

Le régime syrien reprend peu à peu le contrôle de la province de Deraa
Taille du texte Aa Aa

L'offensive menée, mardi 19 juin 2018, par l'armée syrienne dans la province de Deraa porte ses fruits. Avec la reprise, samedi, de huit localités, le régime contrôle désormais plus de la moitié de cette région du sud du pays, contre 30% il y a onze jours, au moment de lancer son opération.

La télévision d'Etat a diffusé des images d'habitants de l'un de ces villages, Daël, portant des portraits de Bachar al-Assad et scandant des slogans de soutien à l'armée et au président.

L'armée entend reprendre le contrôle total de la province, en particulier de sa principale ville, Deraa. C'est là qu'a débuté, en 2011, la contestation contre le régime. Outre une victoire symbolique, ce serait pour le pouvoir un succès stratégique, en lui donnant la possibilité de rouvrir le poste-frontière de Nassib, entre la Syrie et la Jordanie.

Cette reconquête du terrain est le résultat d'accords dits de "réconciliation" conclus entre des groupes rebelles et des officiers russes. Il consiste en un donnant-donnant : soit vous restez sur place et vous rendez les armes, soit vous êtes évacués vers des zones tenues par d'autres insurgés, dans le nord du pays. Ce type d'accord tourne parfois mal. Un maire et cinq membres de sa famille ont été tués vendredi dans des circonstances floues, sans doute en raison de son rôle dans la conclusion d'un tel accord.

Les civils sont, chaque jour, plus nombreux à fuir les combats. Ils se comptent par dizaines de milliers et s'entassent dans des camps improvisés. Les Nations unies redoutent une catastrophe humanitaire. Samedi, la Jordanie voisine a fait parvenir aux réfugiés des denrées alimentaires et de l'eau potable. L'ONG norvégienne Norwegian Refugee Council lui a demandé d'ouvrir sa frontière. Les autorités lui ont opposé un refus, arguant que le pays accueille déjà plusieurs centaines de milliers de réfugiés syriens.