DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tensions à l'ouverture du sommet de l'OTAN

Vous lisez:

Tensions à l'ouverture du sommet de l'OTAN

Tensions à l'ouverture du sommet de l'OTAN
Taille du texte Aa Aa

Une photo de famille pour inaugurer le sommet de l’OTAN à Bruxelles. Mais les apparences ne sont pas trompeuses : mines froides, visages fermés. L’un des invités a choisi de jouer les trouble-fêtes.

Le président américain s’est en directement pris à l’Allemagne qu’il accuse de jouer un double-jeu.

"L'Allemagne, à ce que je sache, est prisonnière de la Russie, car elle lui achète beaucoup d'énergie. Donc nous sommes censés protéger l'Allemagne, mais elle va chercher son énergie en Russie. Il faut que l’on m’explique. Ça ne peut pas se justifier, vous le savez", a-t-il déclaré.

Dans le viseur de Donald Trump : le projet de doublement du gazoduc Nord Stream, qui achemine le gaz russe directement vers l’Allemagne. Un manque à gagner pour le président américain, à la recherche de nouveaux débouchés pour le gaz naturel produit aux États-Unis.

"Au regard des derniers évènements, j’aimerais dire que j’ai moi-même vécu dans une partie de l'Allemagne autrefois occupée par l'Union soviétique. Je suis très heureuse que nous vivions aujourd'hui dans la liberté que nous garantit la République fédérale allemande. Nous faisons notre propre politique et nous sommes capables de prendre nos propres décisions" a réagi Angela Merkel.

Donald Trump s’est plus largement attaqué à l’ensemble de ses partenaires, dénonçant leur manque d’engagements financiers au budget de l’OTAN. Parmi eux, 15 États dont l’Allemagne, ne consacrent toujours pas les 2% de leur PIB à la défense, comme l’exige un accord de l’organisation.