DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Polémique autour d'un drame au large de la Libye

Vous lisez:

Polémique autour d'un drame au large de la Libye

Une migrante sauvée des eaux par l'ONG Proactiva Open Arms
Taille du texte Aa Aa

Seule au milieu de la mer, cramponnée aux débris de son embarcation, une femme est entre la vie et la mort.

Secourue par les sauveteurs de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms, elle parviendra finalement à survivre. A ses côté deux personnes n'auront pas la même chance.

La rescapée et le bateau de l'ONG font désormais route vers l'Espagne alors que la polémique enfle. Pour les sauveteurs, les trois naufragés se trouvaient à bord d'une embarcation arraisonnée par les gardes-côtes libyens. Ils auraient alors été sciemment abandonnés à une mort presque certaine.

"Nous connaissons et avons été témoins d'interventions des patrouilles libyennes dans lesquelles il y a eu des morts, des noyades parce que leur préparation est inexistante et parce que la sécurité qu'ils utilisent est nulle. Ils font usage de la violence et de la peur plus que des techniques de sauvetage.", explique à Euronews Óscar Camp, directeur et fondateur de l'ONG.

Dans un communiqué, les gardes-côtes libyens nient pourtant fermement les accusations. D'autant qu'une journaliste allemande, présente à bord d'un de leur patrouilleur, confirme leur version. Selon elle, lors du sauvetage auquel elle a assisté, personne n'a été laissé derrière, l'embarcation était totalement vide lorsque les libyens ont quitté les lieux.

Mais pour Erasmo Palazotto, député italien de gauche, il s'agit d'une tentative de diversion. Deux bateaux libyens se trouvaient dans la même zone au même moment, ce pourrait donc avoir été lors d'une autre intervention que les trois personnes auraient pu être abandonnées. L'opération à laquelle la journaliste allemande a pu assister étant, elle, exécutée dans le respect des règles.

La bataille continue donc entre les ONG de sauvetage des migrants et les autorités des deux rives de la méditerranée. Suite à la fermeture des ports italiens et maltais, cette semaine seul le bateau de l'ONG Proactiva Open Arms était présent sur zone.

Le nouveau gouvernement italien et notamment le très droitier ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, accusent les ONG de faire le jeu des passeurs et d'inciter les gens à traverser.

L'an dernier, on estime que plus de 3000 personnes sont mortes en tentant la traversée.