Trois journalistes russes tués en Centrafrique

Trois journalistes russes tués en Centrafrique
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le reporter, le documentariste et le caméraman enquêtaient sur le groupe russe Wagner qui emploie des mercenaires, présents en RCA depuis début 2018.

PUBLICITÉ

Par qui et pourquoi trois journalistes russes ont-ils été tués en Centrafrique dans la nuit de lundi à mardi ? Une enquête est en cours. On apprend à présent qu'ils enquêtaient sur le mystérieux groupe Wagner qui emploie des mercenaires. Wagner, une société russe dont le financier est un proche de Vladimir Poutine.

L'ONG Reporters sans frontières s'interroge sur la crédibilité de la version officielle. "La version officielle, celle d'une attaque criminelle et d'une exécution à des fins crapuleuses est une version plausible. C'est effectivement une zone dangereuse, explique Arnaud Froger, chargé de l'Afrique à l'ONG Reporters sans frontières. Maintenant il y a évidemment d'autres hypothèses qui peuvent être formulées. On sait qu'il y a une forte présence russe en Centrafrique. Dans quelle mesure cette investigation sur des mercenaires russes que menaient ces trois journalistes a pu leur poser des problèmes, c'est une question que l'on peut se poser, c'est une question à laquelle l'enquête devra répondre, puisque aucune piste à ce jour ne doit évidemment être écartée, y compris la piste professionnelle."

La Russie est présente militairement en Centrafrique, officiellement depuis le début de l'année. L'objectif affiché est de venir en aide à une armée en grande difficulté. La Centrafrique occupe la 112è place sur 180 dans le classement de RSF sur la liberté de la presse.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Russie-Ukraine : Volodymyr Zelensky recherche le soutien de l'Arabie Saoudite

Réunion du groupe de Visegrad à Prague pour évoquer la guerre en Ukraine

Des diplomates rendent hommage à l'ennemi de Poutine Boris Nemtsov