DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Gênes, le drame des habitants déplacés

Vous lisez:

A Gênes, le drame des habitants déplacés

A Gênes, le drame des habitants déplacés
Taille du texte Aa Aa

Depuis l'effondrement du pont Morandi mardi, Gênes est à genoux. Si le bilan humain s'élève à 38 morts et 15 blessés dans la ville italienne, les personnes disparues restent nombreuses. Grues et pelleteuses continuent de déblayer des décombres même si personne n'a pu être secouru ces dernières heures.

"Derrière nous se trouve le pont Morandi et ces bâtiments construits sous le pont ne verront pas revenir leurs occupants, rapporte l'envoyé spécial d'Euronews Luca Rovinalti. Plus de 660 personnes ont été évacuées, plus de 300 familles sont concernées."

Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini l'a confirmé : toutes les maisons sous le pont ont été évacuées et elles seront toutes démolies.

"C'est une honte, s'écrie un habitant. Les gens qui souffrent le plus, ce sont les plus âgés. Il y a quelques jeunes aussi mais très peu. 24 familles vivent ici. Hier, ils nous ont dit de nous tenir prêts à être évacués. Nous devons partir car un autre pilier menace de s'effondrer."

Ce samedi sera jour de deuil national en Italie. Une cérémonie funéraire sera célébrée dans un centre d'expositions.

"Ici, les gens ont besoin d'aide physique et psychologique, en particulier dans les heures qui suivent l'accident, relate Renato Falcidia, un élu local. Nous avons pu voir des gens traumatisés et même maintenant ils sont sous le choc. La municipalité de Gênes travaille à une solution de rechange sur le long terme pour donner à ces gens des appartements puisqu'ils ne peuvent pas rentrer chez eux."

Un état d'urgence de douze mois a été décrété pour la cité ligure. L'engagement est clair : un nouveau logement pour tous les sinistrés d'ici un an. Une promesse à laquelle beaucoup de sinistrés disent déjà ne pas croire.