DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Anton Kalashnikov partage ses clichés sophistiquée en N&B

Vous lisez:

Anton Kalashnikov partage ses clichés sophistiquée en N&B

Anton Kalashnikov partage ses clichés sophistiquée en N&B
Taille du texte Aa Aa

Anton Kalashnikov, photographe originaire de Russie, est notre photographe européen de la semaine.

Sa passion pour la photo a grandi très tôt et donné naissance à une collection sophistiquée de clichés en noir et blanc à la fois ordinaires et fantastiques.

On dit souvent que l'artiste est toujours influencé par l'art qui l'a précédé. L'héritage russe est en effet très présent dans l'objectif d'Anton Kalashnikov.

De par leur caractère unique, ces images soufflent un agréable vent de nostaligie qui nous emmène à l’époque soviétique.

Mais cette brise apporte une touche de modernité : le photographe chuchote quelques secrets du Moscou contemporain et si vous regardez ses photos de manière silencieuse, vous pouvez presque les entendre.

Le travail d'Anton Kalashnikov soulève beaucoup de questions et nous avons eu l'occasion de lui en poser. Nous avons parlé de lui, de sa perspicacité et de son style. Voici notre conversation:

Comment avez-vous débuté ce voyage photographique ?

Quand j'avais douze ans, mon père m'a donné son vieil appareil photo reflex mono-objectif. Il ne marchait pas parfaitement mais c'était un vrai appareil. Dès que je l'ai eu, j'ai commencé à prendre des photos !

Quels sont vos indispensables de voyage et quel est votre appareil ?

Je prends la plupart de mes photos avec un Canon EOS 300v et un Olympus OM1 argentique avec une gamme d'objectifs Zuiko. J'utilise aussi un Olympus Mju II parce qu'il est très petit et discret.

Mon appareil numérique préféré est le Fuji X-E1.

Qu'est-ce que vous auriez aimé savoir à vos débuts ?

Si je pouvais offrir un conseil à mon "ancien moi", je dirai : apprend plus et entraîne-toi d'avantage !

Comment décririez-vous votre style ?

J'aime la photographie de rue et le photojournalisme.

Je décrirais mon style comme "réalité sèche" ou "grunge".

Quel est le lieu ou l'objet que vous préférez immortaliser ?

Je dois avouer que je ressens la même curiosité pour tout. Bien que j'aime particulièrement capturer les détails de la vie ordinaire d'un angle inhabituel, dans le but de donner une meilleure compréhension globale des gens en général.

Votre endroit préféré en Europe et pourquoi ?

J'ai beaucoup voyagé en Europe de l'Est. J'aime Budapest pour son architecture et la Bulgarie pour sa tranquillité.

Mais mon voyage le plus intéressant est celui que j'ai fait à Kiev l'année dernière. Les relations entre nos deux pays sont actuellement très mauvaises et la plupart des médias russes parlent très mal de l’Ukraine. Je voulais voir par moi-même ce qui se passait là-bas car je ne crois jamais la propagande officielle.

J'ai conduit de Moscou à Kiev sans aucun obstacle et je suis arrivé dans une ville très belle et accueillante, amicale et hospitalière.

Lorsque des locaux ont découvert que j'étais russe, ils m'ont dit "n'écoutez pas ce qu'ils disent de nous. Vous n'êtes pas en danger ici". Et c'était vrai.

J'ai passé quatre jours inoubliables à Kiev et je peux le dire sans sourciller : il n'y a pas d'hostilité entre les peuples de nos pays. C'est de la politique, c'est évident. Maintenant, j'ai des preuves.

Quels ont été vos inspirations tout au long de votre parcours ?

Quand je voyage, j'aime me fondre dans la vie locale à la recherche des différences et les similitudes.

Je suis également inspiré par l'histoire de la photo et par le travail de maîtres comme Imogen Cunningham, Henri Cartier-Bresson, Helmut Newton et d'autres.

Je pense donc que vous pourriez écrire que la curiosité et l’histoire sont mes plus grandes sources d’inspiration.

Suivez le travail d'Anton et d'autres photographes européens - via le compte Instagram d'Euronews @euronews.tv

Plus de European Lens