DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

US Open : quand l'arbitre s'en mêle...

Vous lisez:

US Open : quand l'arbitre s'en mêle...

US Open : quand l'arbitre s'en mêle...
Taille du texte Aa Aa

C'est une scène à peine croyable à laquelle ont assisté les spectateurs et téléspectateurs de l'US Open lors du match du deuxième tour entre Nick Kyrgios et Pierre-Hugues Herbert.

Alors que l'Australien avait un set et un break de retard, l'arbitre suédois Mohamed Layani est venu lui parler à un changement de côté pendant de longues secondes pour lui dire notamment : "tu es quelqu'un de formidable pour ce sport".

Incompréhension du Français qui est revenu sur cet incident en conférence de presse.

Pierre-Hugues Herbert, 75ème joueur mondial : "Je ne pense pas qu'il devait descendre de sa chaise pour prendre la position d'entraîneur, comme on peut le voir sur le circuit féminin. Je ne sais pas si cela a changé quelque chose. Mais je ne crois pas que ce soit approprié pour un arbitre d'aller voir un joueur pour lui dire "je veux t'aider"."

Nick Kyrgios a assuré que cet échange avec l'arbitre n'avait pas eu "le moindre effet sur lui", mais il a gagné 19 des 25 jeux suivants pour s'imposer finalement sur le score de 4-6, 7-6, 6-3, 6-0. Son prochain adversaire, Roger Federer, a un avis bien tranché sur la question.

Roger Federer, numéro 2 mondial : "Je ne sais pas ce qu'il a dit, et je me fiche de ce qu'il a dit. Ce n'était pas seulement : "Comment te sens-tu ? Oh, je ne vais pas si bien, remontes sur ta chaise". C'était trop long pour être ça. C'était une conversation. Une conversation peut changer votre état d'esprit. Que ce soit avec un kiné, un médecin ou un arbitre. C'est pour ça que ça ne se reproduira plus."

Dans un communiqué, les organisateurs du tournoi ont d'abord justifié l'attitude de l'arbitre en expliquant qu'il voulait juste savoir si Nick Kyrgios avait besoin "d'aide médicale".

Puis ils ont admis qu'il avait "outrepassé le protocole", tout en assurant qu'il continuerait à officier jusqu'à la fin de la quinzaine.