PUBLICITÉ

La charge des Etats-Unis contre la CPI

La charge des Etats-Unis contre la CPI
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, la Cour pénale internationale est « illégitime » et « déjà morte ».

PUBLICITÉ

L’administration Trump foule une nouvelle fois au pied le multilatéralisme, et s’en prend cette fois à la cour pénale internationale.

Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton a menacé l’institution de sanctions si elle persistait à vouloir enquêter sur des crimes de guerre présumés en Afghanistan.

National Security Adviser John Bolton rejected the legitimacy of the court altogether : "Nous laisserons la Cour pénale internationale mourir seule. Après tout, et pour ainsi dire, la CPI est déjà morte à nos yeux".

La charge est violente mais pas vraiment étonnante.

Les États-Unis n’ont jamais ratifié le statut de la CPI créée en 2002, contrairement à 123 autres États à travers le monde. Ils se sont agacés récemment de la volonté de l’Autorité palestinienne de saisir l'institution pour enquêter sur ce qu’elle appelle les "crimes de guerre" perpétrés par l’armée israélienne dans les territoires occupés.

En réponse, le département d’État américain a d’ailleurs décidé de fermer le bureau de la délégation palestinienne à Washington.

La CPI a réagit à cette remise en cause en affirmant agir strictement dans le cadre légal défini » par son statut, et en rappelant son indépendance.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Philippines claquent la porte de la Cour pénale internationale

La demande de mandats d’arrêt de la CPI à l'encontre d'Israël divisent l'UE

La Russie met Zelensky sur la liste des personnes recherchées