DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tsipras et le "monstre du populisme"

Vous lisez :

Tsipras et le "monstre du populisme"

Tsipras et le "monstre du populisme"
Taille du texte Aa Aa

Il s'exprimait au Parlement européen pour la première fois depuis 2015. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a mis en garde les députés européens contre le retour du "monstre du populisme".

A quelques mois des élections européennes en mai prochain, il a appelé à ne "pas laisser l'idée européenne s'écraser entre le néo-libéralisme, qui s'est révélé catastrophique, et le cauchemar de l'extrême droite".

"L'Europe devient plus technocratique et davantage centrée sur les Etats. Des décisions cruciales ont été prises derrière des portes closes, lors de réunions de groupes informelles, sans répondre aux citoyens européens. Et nous avons eu des institutions technocratiques, comme la troika qui ont gardé les clés de la domination économique sans répondre à quiconque", a déclaré Alexis Tsipras dans l'hémicycle.

Avec fermeté Alexis Tsipras avertit sur les conséquences dramatiques qu'entrainerait l'échec de. L'union européenne est menacée par les conflits nationalistes.

"Je voudrais mettre en garde. L'échec de l'union européenne à trouver des solutions démocratiques et fonctionnelles à cette crise actuelle aurait comme conséquence inévitable le triomphe du chauvinisme et le réveil des conflits nationalistes. Cela fera de l'Europe un continent fragmenté, sans union, sans cohérence, sans rôle ni perspective internationale", a-t-il ajouté.

Dans cette allocution, il s'est aussi réjoui du sort de la Grèce. "Nous étions une partie du problème, et nous sommes devenus une partie de la solution pour l'Europe", a-t-il avancé.