DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : l'industrie automobile tremble

Vous lisez:

Brexit : l'industrie automobile tremble

Brexit : l'industrie automobile tremble
Taille du texte Aa Aa

Le Mondial de l'Automobile ouvre ses portes au public ce jeudi porte de Versailles, à Paris.

Cette année, la fête est assombrie par les incertitudes générées par le Brexit dont l'industrie automobile britannique pourrait avoir à souffrir.

Matthew Harrison, vice président Vente et Marketing Toyota Motor Europe : "Bien sûr, quand on regarde une usine moderne au Royaume-Uni et la chaîne d'approvisionnement, c'est pour nous un casse-tête."

L'appréhension face au Brexit pousse les constructeurs à geler leurs projets liés au Royaume-Uni.

Carlos Ghosn est le PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi : "Évidemment, lorsque vous êtes dans une situation d'incertitude, c'est le pire pour les décideurs parce qu'on ne sait pas exactement ce qui va se passer."

Le constructeur BMW assure avoir déjà pris ses dispositions en cas d'un Brexit dur.

Pieter Nota, conseil d'administration de BMW : "Je peux vous dire par exemple que nous avons décidé de déplacer notre période de maintenance de l'usine d'Oxford au 31 mars 2019 pour nous assurer durant cette période que nous n'aurons pas besoin d'importer massivement des marchandises."

De son côté le PDG de PSA craint des licenciements en cas d'un Brexit dur.

Carlos Tavares, PDG de PSA : "Nous attendons des politiciens qu'ils trouvent un accord qui protège le libre-échange. C'est la chose la plus importante parce que si nous tombons dans une barrière tarifaire, cela aura un impact majeur sur l'emploi et l'activité manufacturière au Royaume-Uni".

Pour l'industrie automobile, la baisse des marchés américains et chinois et les nouvelles normes d'homologation européenne s'ajoutent cette année aux incertitudes liées au Brexit.