DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haddad espère une remontada

Vous lisez:

Haddad espère une remontada

Haddad espère une remontada
Taille du texte Aa Aa

Maria Ignez Guimarães, pianiste : "Je m'appelle Maria Ignez Guimarães. Quand je me suis mariée, je ne faisais pas de politique. Après le mariage, nous avons eu beaucoup de conversations politiques. Et j'ai commencé à m'y intéresser. Nous avons suivi la carrière politique de Lula, il a été arrêté et l'étoile qui existait en moi s'est éteinte. Et puis il a promu Haddad et l'étoile s'est rallumée, comme un ouragan.".

Fernando Haddad est donné en deuxième position par les sondages pour le premier tour du scrutin présidentiel de dimanche.

Le candidat de la gauche souffre du rejet massif du Parti des Travailleurs que de nombreux électeurs associent aux affaires de ces dernières années.

Ses partisans dénoncent au contraire un complot.

Gilson Guimaraes, partisan de F. Haddad : "Il ne s'agissait pas de mettre un terme à la corruption, il s'agissait de torpiller le pari le plus populaire."

Moises Pozzi, Euronews : "Deux ans après avoir perdu la mairie de Sao Paulo, Fernando Haddad revient sur la scène politique avec le soutien de l'ex-président Lula da Silva. Il est le candidat du PT et a de réelles chances d'être élu à la prochaine élection."

Gilson Guimaraes, partisan de F. Haddad : "C'est une opportunité pour effacer tout ce qui a eu lieu ces deux dernières années.

Fernando Haddad, candidat du PT à l'élection présidentielle : "Le 7 octobre, nous descendrons dans la rue, et le 28 nous célébrerons la victoire."

Fernando Haddad attribue la poussée dans les sondages de son adversaire d'extrême droite Jaïr Bolsonaro à une campagne téléphonique de Fake News.

Maria Ignez Guimarães, pianiste : "Haddad ne propage pas la haine, il n'attaque personne".

Selon les dernières études d'opinion, dix points séparent Fernando Haddad du favori. Pour Maria Ignez Guimaraes, rien n'est joué.

Maria Ignez Guimarães, pianiste : "L'espérance surmontera la peur. Nous sommes Haddad, nous sommes Lula, nous sommes le PT."