DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Polynésie accuse l'Etat français de crimes contre l'humanité

Vous lisez:

La Polynésie accuse l'Etat français de crimes contre l'humanité

La Polynésie accuse l'Etat français de crimes contre l'humanité
Taille du texte Aa Aa

La Polynésie accuse la France de crimes contre l'humanité pour ses essais nucléaires dans le Pacifique.

Le leader indépendantiste polynésien Oscar Temaru a affirmé avoir déposé plainte la semaine dernière devant la Cour pénale internationale. "Nous le devons à toutes les personnes décédées des conséquences du colonialisme nucléaire", a ajouté l'ex-président de la Polynésie, un archipel français situé dans le Pacifique et qui compte 270 000 habitants

Pendant trente ans, entre 1966 et 1996, la France a réalisé 193 essais nucléaires dans les atolls de Mururoa et Fangataufa. Des essais qui ont irradié la population et entrainé des effets sur leur santé et leur environnement.

En 2010, la loi Morin a instauré un dispositif d'indemnisation mais il est jugé trop restrictif, selon des associations de vétérans touchés par des maladies radio-induites. Seule une vingtaine de Polynésiens atteints de cancers auraient obtenu une indemnisation.

"Pour nous, les essais nucléaires français ne sont que le résultat direct d'une colonisation. Contrairement au discours français, nous n'avons pas accepté d'accueillir ces essais, ils nous ont été imposés avec la menace directe de l'établissement d'une gouvernance militaire si nous refusions", a aussi affirmé Oscar Temaru.

Le dirigeant indépendantiste a précisé qu'un "dialogue responsable" avait été recherché depuis 2013 avec "la puissance administrative" sous la supervision des Nations unies. Mais les appels à venir à la table de discussions faits à la France ont été "ignorés et méprisés", a-t-il affirmé.

Selon des juristes, la plainte déposée par les indépendantistes ne devrait pas aboutir car la Cour pénale internationale n'est pas compétente pour juger des crimes commis avant juillet 2002. Pour pouvoir saisir le procureur de la CPI sur des faits antérieurs, il faudrait une demande du Conseil de sécurité des Nations unies dont la France est un membre permanent.

Avec agence